CHAPITRE 7 COMPTABILITÉ DES POINTS

 

Retour au plan
Retour à Mécanique du jeu
Suite à Évaluation de la main

 

À la fin de ce chapitre, à la section 8, on trouvera un test sur l'évaluation de la main.

 

Un postulat sous-tend la nomenclature mathématique présentée ici. On pourrait formuler ce postulat sous forme de proverbe : "Qui ne tente rien n'a rien." Dans les premières années du bridge, le déclarant n'avait pas à demander la manche pour en tirer le profit s'il la réalisait. Il en résultait un ennui généralisé faute de défi. Les joueurs "s'assoyaient" sur leur jeu et ne prenaient aucun risque puisque le risque était inutile. C'est comme si l'on téléphone à son courtier pour s'enquérir de la cotation de la compagnie XYZ. Les parts de la dite compagnie ayant grimpé subitement le mois suivant, on retéléphone à son courtier pour recevoir le profit de la hausse. Le client n'aura rien s'il n'a d'abord pris le risque d'acheter les parts. On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. Ainsi, le bridge maintient un équilibre entre le bâton et la carotte. D'une part, le profit du contrat est alléchant; d'autre part, si, l'ayant "acheté", on ne le réalise pas, ce sont les adversaires qui marqueront des points.

On considérera maintenant les circonstances où l'on fait des points. Rappelons qu'au bridge, personne de perd de points. Si vous ratez votre contrat, ce sont les adversaires qui marquent des points. Tout est positif. Soit :

 

1. Points requis pour faire la manche

2. Points procurés par levée réussie

3. Points procurés par levée additionnelle

4. Points procurés par levée-boni ou manche ou robre ou chelem

5. Points d'honneur

6. Pénalité par levée manquante

7. Nombre de points d'évaluation (dans les mains combinées) pour les divers contrats

8. Un exemple d'évaluation

 

1. Points requis pour faire la manche : 100 points annoncés et faits, avant que l'adversaire ait réussi une manche; l'équipe qui réussit une manche devient vulnérable. La manche ne sera pas atteinte, cependant, si, au cours de l'obtention de ces 100 points, l'équipe adverse réussit une manche. Par exemple, si nous demandons et faisons 2 piques (huit levées, pique étant l'atout), nous marquons 2 X 30 = 60 points (voir le paragraphe suivant). Les adversaires demandent 3SA (neuf levées, sans qu'il y ait d'atout), ils réussissent une manche (voir le tableau quelques lignes plus bas). Tout de suite après, nous annonçons 1SA et le réussissons. Nous n'avons pas atteint la manche : notre 60 + 40 ne totalise pas une manche parce que notre 60 a été isolé du 40 par la manche adverse. En d'autres mots, lorsqu'une manche est réalisée, les deux équipes repartent à zéro pour la manche suivante. Ces points, 60 + 40, compteront effectivement pour 100 points, mais sans le bonus de la manche.

 

 2. Points procurés par levée réussie (les 6 premières levées constituant un pré-requis : si je joue un contrat de 2 trèfles, je dois réaliser 6 + deux levées = 8 levées ; les enchères cessent après trois passes consécutifs, sauf que si les trois premières enchères sont des passes, le quatrième joueur a le droit d'annoncer).

 

 

non contrée

contrée

 

surcontrée

trèfle ou carreau

20

40

80

coeur ou pique

30

60

120

sans-atout,1re levée

40

80

160

sans-atout,autres levées

30

60

120

 

 

3. Points procurés par levée additionnelle :

 


non contré

contré

surcontré

non vulnérable

valeur de la levée

100

200

vulnérable

valeur de la levée

200

400

 

De plus, lorsque le contrat est réussi, même sans levée additionnelle, on accorde un bonus de 50 points si le contrat a été contré, et de 100 s'il s'agissait d'un contrat surcontré.

4. Points procurés par levée-boni ou manche ou robre ou chelem :

 

On a expliqué plus haut ce qu'est une manche. Un chelem (on peut écrire aussi schelem) consiste à réaliser 12 des 13 levées (petit chelem) ou les 13 levées (grand chelem). Bien entendu, pour mériter les points-boni du chelem, il faut d'abord l'avoir demandé.

 

. Pour un contrat contré ou surcontré qu'on a réussi : 50

Ce 50 est "pour l'insulte" : on a insulté à notre capacité de réussir le contrat... ­ joli!

Ce bonus s'élève à 100 pour un contrat surcontré réussi.

 

. Pour le robre en trois manches (i.e. deux manches à une) : 500

. Pour le robre en deux manches : 700

. Petit chelem : non vulnérable : 500 vulnérable : 750

 

. Grand chelem: non vulnérable : 1000 vulnérable : 1500

 

 

5. Points d'honneurs (comptés seulement au robre, et encore doivent-ils être dans la main du déclarant, et dans la couleur d'atout. On entend par "le robre" le fait de jouer entre soi, à quatre, et non au duplicata. Le duplicata constitue la forme pratiquée dans les clubs de bridge. Les jeux y sont dupliqués, c'est-à-dire que les joueurs aux différentes tables jouent les mêmes jeux, ce qui supprime presque complètement le facteur chance. Dans cette forme de bridge, on ne réclame pas les points décrits dans les trois lignes qui suivent) :

 

. Quatre des 5 honneurs dans une couleur : .............. 100

. Les 5 honneurs dans une couleur ( :ARDV10).... 150

. les 4 as dans un contrat en sans atout : ..... 150

 

  

6. Pénalité par levée manquante :

 

 

non contrée

contrée

surcontrée

non vulnérable

 

1re levée

50

100

200

levée additionnelle

50

200*

400

vulnérable

 

1re levée

100

200

400

levée additionnelle

100

300

600

 

* À partir de la quatrième levée de chute non vulnérable, l'équipe adverse fait 300 par levée de chute, non plus 200. Soit : 100, 300, 500, 800, 1100, etc.

 

7. Nombre de points d'évaluation (dans les mains combinées) normalement requis pour :

 On aura saisi la distinction entre les points comptabilisés, dont on a traité plus haut, et les points d'évaluation, qui constituent une manière subjective d'évaluer sa main afin de produire la meilleure enchère possible. Il est dommage que le même terme serve à ces deux réalités, mais il faut en prendre son parti.

 

. manche en sans-atout : ................ 25

. manche en majeure (pique et coeur)... 25

. manche en mineure : .................. 28

. petit chelem :....................... 32 (33 si la main est carrée)

. grand chelem : ...................... 37 (un as vaut 4 points : 40 - 4 = 36... Saisissez?... C'est qu'une paire qui

compte à deux 37 points a forcément tous les as).

 

8. Exemple de comptabilité des points au robre

 

Cet exemple peut servir de test : vous n'avez qu'à inscrire les résultats dans la grille ci-dessous d'après les données fournies sous la grille. Il faut évidemment cacher la grille de réponse placée à la fin de cette page web. Pour vous donner un coup de pouce, le résultat final apparaît à la dernière case de la grille.

Disons que nous sommes "NOUS". On marque "en bas de la ligne" (ici, les pointillés), les points obtenus par un contrat à la fois demandé et réussi ; tous les autres points s'inscrivent en haut de la ligne.

 

NOUS

 EUX

 

 

 

 

 

 

 

 





==========

===========

 

 









 

 

 

 

Voici le pointage à enregistrer :

 

a) Nous jouons un contrat de 2 et faisons 9 levées : soit 60 en bas de la ligne, ce que nous avons à la fois demandé et fait. Et 30 en haut de la ligne, que nous avons fait sans le demander. En d'autres mots, ce 30 ne peut pas servir dans le cumul des points pour la manche. Mais il sera comptabilisé à la fin du robre.

 b) Ils demandent 3SA (trois sans atout) et réussissent 11 levées : 100 en bas et 60 en haut. Effectivement, quand on a la manche et plus (100 et +), on pourrait sans inconvénient marquer le tout en bas, i.e. 160 en bas et rien en haut, puisque vient de disparaître, pour cette fois en tout cas, la distinction entre les points pouvant servir à la manche et ceux qui ne le peuvent pas, i.e., la distinction entre ce que j'ai demandé et fait d'une part, et d'autre part, ce que j'ai réussi en surplus. Lorsque l'on a réussi une manche, on trace un trait horizontal sous les points de manche, trait un peu plus court que l'horizontale centrale. Ce trait confirme la vulnérabilité de l'équipe qui a demandé et fait la manche.

c) Nous demandons 3, faisant 3 (soit 6+3 = 9 levées), soit 60. Ce 60 ne peut s'additionner au 60 précédent pour totaliser une manche parce que la manche des adversaires est venue "emboîter" le premier 60. On inclura cependant ce premier 60 dans le total du robre.

d) Nous demandons 1SA faisant 4. Soit 40 en bas, et 90 en haut. Ce 40 peut maintenant s'additionner au 60 du contrat de 3 pour totaliser une manche. Nous sommes maintenant vulnérable à vulnérable.

e) Nous demandons 6 contré faisant 7 ! Soit 6 x 30 =180. Soit 2*180 = 360, puisque contré. Plus 750 pour le petit chelem vulnérable. Plus 200 pour la levée supplémentaire contrée vulnérable. Plus 500 pour avoir terminé le robre en trois manches. Plus 50 pour l'insulte, puisqu'on a insulté à notre capacité de réaliser le contrat.

 

Nous gagnons donc ce robre 2140 à 160 ­ Vous avez bien fait de vous mettre du côté des gagnants ! Notons cependant qu'on peut perdre un robre même si on réussit deux manches sans que les adversaires en réussissent une. Par exemple, une fois que nous sommes vulnérables, ils nous contrent et nous chutons de 7 (2000 de chute !). C'est fort peu probable, mais théoriquement possible.

 

 Voici maintenant la grille correctement complétée :

 

 

NOUS

 EUX

500

 

750

 

50

 

200

 

90


30

60

==========

===========

60

100

60

40


360



 

2140

160

 

 

Retour au plan
Retour à Mécanique du jeu
Suite à Évaluation de la main