10.9 L'OUVERTURE À 2

 

  
Retour au plan
Retour à Système d'enchères
Retour à Vue d'ensemble sur les contres
Suite à Ouverture à 2

 

C'est la seule enchère impérative du Standard américain. Il faut ouvrir de 2 une main qui me donnerait une crise cardiaque si mon partenaire passait mon ouverture au niveau de l. Une deuxième remarque, plus technique, mais importante pour comprendre un peu plus à fond l'esprit d'un système : il y a, en gros, deux types de mains fortes : les mains objectivement fortes (22 points et plus) et les mains dont la valeur provient en grande partie de leur distribution. Un exemple de ce deuxième type de main : x ARxxxxxxx xx x. Cette main ne compte que 7 points d'honneur, mais elle vaut 9 levées; certains, plus prudents, insistent pour que l'ouvreur ait un minimum de 9 levées). On peut aussi l'ouvrir 2 (J'ouvre 2 toute main de 22 points et plus, ou 8½ levées et plus). Cependant, pour distinguer ces deux types de mains, certains ont créé une deuxième ouverture artificielle qui leur est exclusivement consacrée(généralement 2 ). Nous croyons que ce n'est pas nécessaire. Voir plus loin l'ouverture de 4 et 4 Namyats.

La main suivante illustre l'ouverture à 2 pour une main de 8½ levées (enfin, pas loin...). Elle est la vingt-deuxième planchette de l'ensemble 4524 (JBL274) des tournois de points argent de l'ACBL. Est donneur; EO vul.

 

8
D862
A9742
742

 

ARDd532
Ad2
D3

 

               964
               74
               Dd65
               AVd5

 

V7
RV95
RV8
R986

 

Après deux passes, vous annoncez… quoi ? 1 ? C'est raisonnable. Vous pourrez voir qui a quoi, le bon sens disant qu'avec des mains probablement assez distributionnelles ailleurs, quelqu'un va "s'ouvrir le porte-voix". De plus, vous pourrez mieux vous informer sur la valeur de la main du partenaire. Il reste que vous permettez ainsi aux adversaires de trouver une défense non vulnérable si nous avons une manche. On peut aussi annoncer la manche immédiatement : le partenaire a passé, le chelem est peut probable. Il lui faudrait des mains particulières… mais pas impensables. Par exemple, AV, RD, ou cinq coeurs par RD ou RV¸ A et un singleton trèfle…

Mais de quelque part au fond de vos tripes, un démon malicieux vous travaille. Il vous sussure une enchère qui aura l'avantage d'asseoir les adversaires tout en recueillant des renseignements utiles chez votre partenaire : 2 ! Il est évident que votre adversaire de gauche se taira. S'il a des points, il concluera - dans cette séquence - que son partenaire est pauvre comme Job. Il aura même des bouffées de jouissance en se disant que EO vont facilement errer dans leur contrat puisque ses points (en supposant une main décente à Nord), sont placés derrière la "grosse" main.

Effectivement, après une réponse positive (2 si vous répondez les controles; 3 si vous jouez Albarran; 2 si vous pratiquez l'escalier), votre partenaire ferme à 4. La feuille volante éberlue vos adversaires : NS ont sacrifié à 5 en rouge.

Serait-ce alertable ? Pas vraiment, en ce que vous avez huit levées et des poussières (la D). Il ne vous manque donc qu'un peu moins de deux levées chez votre partenaire. Vous êtes "dans la zone acceptable".

"It's a bidder's game", disent les experts américains. Ils conseillent aussi : "Bid one more !". En ce sens, plusieurs grands noms du bridge affirment périodiquement qu'on a quelque peu sous-estimé la valeur des longues. Voilà. Êtes-vous fantasque ? Voire un peu fanfaron ? Ça aide des fois !

 

RÉPONSES : il y a plusieurs systèmes de réponses possibles. Je les décris rapidement, puis j'indiquerai ma préférence.

 

A) RÉPONSES PAR ÉTAPES (traduction de l'anglais "STEPS"; on utilise aussi le terme "échelle" et "escalier") :

2 : 0-3 points; 2 : 4-6 points; 2 : 7-9; 2SA :10 points et plus; toute couleur au niveau de 3 indique six cartes et plus dans la couleur, dont deux honneurs majeurs. Cette dernière enchère n'exclut pas des valeurs en dehors de la couleur. Entendu que toute réponse autre que 2 est forcing de manche. Une varinte : l'échelle est continue : après 2SA : 10-12 points ; 3 : 13-15 points, etc.

B) RÉPONSE "2 EN ATTENTE" : cette réponse a été proposée et expliquée par Mike Lawrence dans le Bulletin de l'ACBL (juin 1994). Toute réponse autre que 2 est naturelle et indique une couleur cinquième, forcing de manche. Normalement, on attend deux des trois honneurs majeurs dans cette couleur cinquième. Inférence : quand je réponds d'abord 2, puis une couleur cinquième, cette couleur n'a pas deux des trois tops. 2 indique ou bien une main de 0 à 3 points, ou bien une main de 4 points et plus, mais sans couleur cinquième avec deux des 3 honneurs majeurs. Si bien qu'après la réponse de 2 , toute nouvelle enchère par l'ouvreur est forcing pour un tour, mais le répondant peut employer un "deuxième négatif", soit 3 , pour indiquer la main de 0-3 points.

C) RÉPONSE DES AS : elle a été créée par Albarran. 2 signifie aucun as ; 2,2,3,3 = l'as de la couleur annoncée ; 3 : deux as de même rang ou de même couleur; 3 : deux as "pas pareils", i.e., de rang et de couleur différents. Une réponse de 2SA montrerait une main de deux rois et mieux, mais pas d'as.

D) RÉPONSES DES CONTRÔLES : 2 : 0 ou 1 contrôle (Un roi = un contrôle; un as = deux contrôles); 2 : deux contrôles; 2 : trois contrôles et plus; 2SA : 0 ou 1 contr., mais 6 points et plus.; 3 coul. : 6 cartes, dont deux honneurs majeurs. Certaines paires préfèrent éviter la réponse de 2SA puisque le contrat à sans atout se produira avec une occurrence significative : il serait alors joué par la main faible.

À tous ces systèmes, on peut ajouter le gadget suivant, dont l'occurrence est rare, mais l'efficacité certaine: une réponse de 3SA indique une couleur solide 6', soit : ARDxxx, et 4SA indique une couleur solide 7', soit : ARDxxxx (Une variante : certains préfèrent employer 2SA pour indiquer la couleur 6' solide, et 3SA sert alors à montrer ARDxxxx).

Quel est le meilleur système ? Tous ces systèmes ont subi avec succès le test du temps, il y aurait mauvaise grâce à en mépriser l'un ou l'autre. Mes préférences vont au système par contrôles (option B) parce que cela permet au déclarant, la main forte, de jouer le contrat beaucoup plus souvent. Notons aussi que la convention de Lawrence garde les enchêres basses. Nous pouvons donc explorer mieux les possibilités de chelem.

En ce sens, la réponse par les as, la méthode inventée par Albarran, me semble un peu déficiente : dans la grande majorité des cas, le déclarant saura quel(s) as je possède, puisqu'il a une main si forte. Je ne devrais pas perdre d'étapes pour le lui spécifier. Pourtant, un de mes partenaires m'a enseigné un développement intéressant de la méthode Albarran. Après la réponse des as, l'ouvreur annonce sa longue. Il faut la supposer assez forte pour jouer devant xx. Le répondant annonce le plus proche SA pour indiquer un singleton ou absence dans cette couleur; sinon, il s'arrête dans la première couleur où il n'a pas de roi ou de singleton (lequel équivaut, avec un fit, à un deuxième arrêt). Si, maintenant, l'ouvreur annonce une autre couleur, il demande au répondant ces arrêts dans cette couleur. Celui-ci s'écrase au plus bas niveau de sans atout s'il n'a pas de deuxième arrêt; sinon, il annonce au plus bas niveau de l'atout avec un deuxième arrêt dans la couleur investiguée, ou encore mieux, annonce une autre couleur s'il a à la fois le deuxième arrêt dans cette autre couleur et dans la couleur investiguée.

Il est évident aussi que toute réponse indiquant quatre points ou plus est forcing de manche. Après la réponse artificielle, on annonce naturellement pour trouver le meilleur contrat (après un fit trouvé, toute nouvelle couleur est un cuebid, etc.). Certains joueurs considèrent l'ouverture de 2 comme automatiquement forcing de manche; leur argument n'est pas sans bon sens : si j'ai 8.5 ou 9 levées et plus, ça me prend très peu de points en face de moi pour faire une manche. Pourtant, on peut reconstruire une foule de mains où l'ouvreur à 2 , devant un mort bien mort, ne réussira aucune manche. C'est pourquoi plusieurs ont opté pour un "deuxième négatif" : après 2 sur 2 , ils annoncent 3 pour montrer moins que rien. Je préfère considérer que 2 n'est pas forcing de manche sur une réponse de 2 faible, bien que le répondant doive annoncer une fois après 2 . Le deuxième négatif ne m'apparaît donc pas nécessaire.

Une variante intéressante : après 2 - 2 , 2 par l'ouvreur montre ou bien du ou une main carrée forcing de manche. L'avantage de cette méthode est double. D'une part, elle permet de rester au plus bas niveau pour investiguer le chelem sur certaines mains. D'autre part, elle fournit au répondant la possibilité de préciser sa main lorsqu'elle est distributionnelle. Par exemple, on pourrait s'entendre pour qu'une réponse de 2SA exprime une main carrée, une réponse de 2 , une main avec une couleur cinquième (relais à 2SA pour savoir laquelle), et toute autre réponse, une couleur sixième.

Cette variante a été vraisemblablement inspirée du Power Precision de Alan Sontag, où la séquence 1 - 1 - 1 véhicule la même information : l'ouvreur a du ou certaines mains de SA.

 

INTERFÉRENCE ADVERSAIRE APRÈS L'OUVERTURE DE 2 :

Il arrivera que les adversaires, surtout si la vulnérabilité leur est favorable, interviendront après l'ouverture de 2 par votre équipe. Le système de défense devrait être cohérent avec l'ensemble de votre système défensif. Pourtant, vous pourriez jouer ici ROPI-DOPI ou DEPO (voir l'index).

En d'autres mots, adoptez la même stratégie : si vous jouez les contres négatifs jusqu'à 4 , agissez de même ici. En somme, dès qu'il y a intervention, votre système de réponses sur l'ouverture forte, tel que décrit plus haut, tombe. Certains, cependant, dans le cas du contre adversaire, jugent préférable d'ignorer le contre et de répondre normalement.

  
Retour au plan
Retour au système d'enchères
Retour à vue d'ensemble sur les contres
Suite à l'ouverture à 2 carreau