10.10 L'OUVERTURE À 2

Retour au plan
Retour au système d'enchères
Suite à l'ouverture à 2 en majeure
 
 

 Énumérons d'abord les significations les plus populaires de cette ouverture.
 
 

1. 2 Flannery
2. 2 barrage
3. 2 multi
4. 2 romain "fort"
5. 2 romain "ouverture ou mieux"
6. 2 Erickson

Maintenant, définissons ces termes.
 
 

1. 2 Flannery montre une main intermédiaire, 11-16 ou 12-15, selon les styles, ainsi que quatre piques et cinq coeurs. Entendu qu'avec 11 points, il est moins recommandable d'ouvrir Flannery avec une distribution 4522. Rappelons aussi que dans tous les cas de l'implication d'une distribution particulière, comme ici, on ne compte pas les points de distribution positive, puisqu'ils sont inclus dans l'enchère.

Les réponses :

- 2Maj. est p.j.

- 2SA demande de préciser la description de la main.

- 3Min. est forcing de manche, montre une très belle mineure, et nie tout intérêt dans les
   majeures.

- 3Maj. : essai de chelem dans la majeure annoncée.

Élaborons ces séquences :
 
2- 2Maj. : En principe, une fermeture. Le répondant pourrait avoir aussi peu que rien et deux coeurs ou trois piques. Cependant, avec 15 ou 16 points et une absence en mineure, il n'est pas interdit d'inviter. Ici, le "nez" peut jouer : Sentez-vous chez les adversaires un voltage particulier, une "pression" (ils songent à entrer dans les enchères, ou veulent vous contrer...; deux "pressions" différentes, si on observe un peu) ?

2- 2SA : Certains passent par ici pour inviter au chelem, réservant 3Maj pour inviter à la manche. C'est une erreur ; non pas d'inviter au chelem par 2SA, mais d'inviter à la manche par 3 de la majeure. En effet, une des variables importantes en vue d'une décision éclairée réside dans la connaissance de la distribution de l'ouvreur, connaissance rendue impossible par l'enchère au niveau de 3 de la Maj. Il faut donc explorer la manche par 2SA ; certains réservent alors 3Maj pour l'essai de chelem. Soit :
 
 

2- 3 : Essai de chelem à  : L'ouvreur décrit sa main ainsi :
 

2- 3

3 : Max. débalancé (3SA demande la mineure :)

           4 : 4513
           4 : 4531
           4 : 4504
           4 : 4540
 
3SA : Min.. balancé

4 : Minim. 4513 ou 4504

        (relais à 4) :

4 : 4513
4 : 4504

4 : Minim. 4531
4 : Minim. 4540
4 : Max. balancé
 
2- 3 : Essai de chelem à   : L'ouvreur décrit sa main ainsi :
 
2 - 3
3SA : Max. débalancé

(R à 4 ) :

4 : 4531
4 : 4540
4 : 4513
4SA : 4504

4 : Minim. avec du trèfle

(R à 4)

4 : 4513
4 : 4504

4 : Minim. 4531
4 : Minim. 4540
4 : mimin. balancé
4SA : Max. balancé

C'est là une méthode vers le chelem dont on peut dire une foule de jolies choses... sauf qu'elle est peu pratique. En effet, on peut arriver à plus de précisions àun niveau moins élevé en passant par la réponse artificielle de 2SA; on réserve alors 3 de la majeure non comme essai de manche, mais comme barrage, tout comme 3 de la majeure sur une ouverture de barrage de 2 en majeure. C'est-à-dire RONF, "Raise Only Non Forcing", l'appui, seule enchère non impérative.

Voyons la description de la main par 2SA :

2- 2SA
3 : 4522 min. ou du trèfle (4513 ou 4504)

        (R à 3)

                3 : 4522 minim.
                3 : 4513 minim.
                3SA : 4504 minim.
                4 : 4513 max.
                4: 4504 max.
 

3: 4531 ou 4540

        (R à 3 ; 3SA serait p.j.)

                3 : 4531 minim.
                3SA : 4540 minim.

4 : 4531 max.
4 : 4540 max.

3 : 46 minim.

        (R à 3)

                3 SA : 4621
                 4 : 4612
                  4 : 4630
                 4 : 4603

3 : 46(21) max.

        (R à 3SA)

                4 : 4612
                4 : 4621

3SA : 4522 max.
4 : 4603 max.
4: 4530 max.

On aura remarqué qu'en aucune occasion, on ne dépasse le niveau de 4 , sans parler du profit de l'emploi de 3 d'une majeure comme barrage. Plus encore, le 2SA interrogatif n'est pas forcing de manche. Le système, tel que présenté ici en tout cas, permet toujours de s'arrêter à 3 d'une majeure devant un minimum. Nous réussissons même à décrire tous les 46, que certains fervents de Flannery ont inclus dans la convention.
 
Que signifie 3 ou 3 sur 2 Flannery ? Cette enchère, très rare, est forcing de manche, et nie tout intérêt dans les majeures. La mineure est très belle. Au moins sixième.
 

2- 3SA est pour jouer.
 
Un partenaire, Roland Brunet, m'a fait part de la méthode d'investigation suivante. Elle permet de demeurer dans les limites de 3SA (l'esprit de sa méthode repose sur la possibilité toujours présente d'un Flannery, même distributionnel dont les mains combinées produiraient beaucoup plus facilement 3SA. Soit :
 
 

2- 2SA

3 : absence dans une mineure - 3(relais)  - 3 : absence à trèfle (: 4540 ou 4630)
                                                                    - 3 : absence à carreau (: 4504 ou 4603)
 

3 : singleton dans une mineure - 3 (relais)  - 3 : singleton trèfle (: 4531 ou 4621)
                                                                    - 3SA : singleton carreau (: 4513 ou 4612)

Cette variante s'avère intéressante : en plus de préciser entre singleton et absence en mineure, c'est la seule méthode permettant clairement de jouer 3SA, contrat quelquefois souhaitable dans cette conjoncture ; au reste, Blackwood et les cuebids demeurent pour demander les as. Par exemple, après une réponse-investigation de 2SA, une redemande par le répondant de 4Min. devrait constituer soit une demande d'as ou être considérée comme un cuebid.
3Co : 4522 minimum

3Pi : 4522 maximum

INTERVENTIONS CONTRE FLANNERY : La plus fréquente consiste dans un contre à la gauche de l'ouvreur. Ce contre devrait promettre une main de SA, de 16+, et indique le désir de pénaliser n'importe quoi. Soit :

2- (X)   - 2Maj. : p.j.
                - 2SA : fuite en mineure. Demande à l'ouvreur d'annoncer sa meilleure mineure.
                - 3 : p.j.
                - 3 : Western. Demande au partenaire d'annoncer 3SA avec l'arrêt .
                - XX : Le répondant possède la balance des points, et un fit en majeure. Il demande à l'ouvreur de décrire
                sa main (il le fait comme après le 2SA interrogatif).
                - Passe : capable de jouer 2X
 

 

2- (2 ) : Cette intervention est un appel dans les mineures et peut-être à  aussi.

2- (2 ) X : fit à , la manche n'est pas exclue. On notera que cette intervention à  est artificielle. On s'enquerra auprès des adversaires de la signification de cette intervention.
- 2 : p.j.
- 2SA : pour les mineures.
- 3Min. : p.j.
- Passe : tolérance pour 2 . Peut-être une trappe.

2- (2SA) : Que ce 2SA soit pour jouer ou pour les mineures, X est un appel au carnage : Tirons sur tout ce qui bouge! Si 2SA est p.j., toute enchère par le répondant est p.j.; si 2SA est pour les mineures (convention rarement employée), 3Min. indiquerait un arrêt dans cette mineure, à la recherche de 3SA (n'oublions pas que lorsque les adversaires ont annoncé deux couleurs, comme ici pour le 2SA qui serait inusité, le cuebid Western indique l'arrêt, et non la demande d'arrêt).

2- (Autre couleur)- X : pénalité. Le contre négatif ici n'aurait pas de sens puisque la main du déclarant est essentiellement connue, de sorte que le répondant, assumant le capitanat, prend la décision convenable sans avoir à transmettre de l'information sur sa propre distribution.
 

2. 2 barrage : On agira ici comme pour les barrages à 2 et 2. Voir plus loin.
 
 

3. 2 multi : Prenez garde, avant d'investir de l'énergie à assimiler cette convention, qu'elle soit acceptée dans le(s) club(s) où vous jouez! Le 2 multi montre un barrage dans une des deux majeures, dont l'identité est de prime abord inconnue. Plus encore, le 2 multi "tout garni" inclut aussi la possibilité d'une main balancée de 22-23 (ou, selon une variante, 20-21). La possibilité d'une main forte a été éliminée par plusieurs à cause de sa restriction dans les clubs. D'où les réponses suivantes :

- 2 : pour jouer à 2 ou 2, selon la couleur de barrage.

- 2 : demande une description de la main.

- 2SA : forcing de manche, cherche une mineure quatrième.

- 3Min. : forcing de manche, peu ou pas d'intérêt pour les majeures. Très belle mineure.

2- 2 : la description sera fonction de la convention établie avec le partenariat. Certains préfèrent chercher un singleton (c'est ma préférence); d'autres optent pour la demande d'un honneur majeur (R ou D, car, en principe, on ne peut ouvrir d'un barrage avec une main contenant un as), c'est une valeur défensive trop forte pour une main à caractère nettement offensif. Certains, cependant, non sans expérience et efficacité, annoncent alors A ou R, considérant qu'on peut, dans la vraie vie, avoir un as à côté, et que la dame constitue une valeur trop molle .
 
 

2SA : la valeur en question (honneur ou singleton) est dans l'autre majeure. Le répondant relaie à 3 pour connaître la majeure sixième, que l'ouvreur nomme. Il serait ici plus parfait que l'ouvreur annonce 3 pour montrer les , et 3 pour montrer les . Le danger, pour quiconque a joué sous pression, dans de gros tournois, saute aux yeux : il s'avère trop dangereux d'oublier que 3 était un transfert à ...! A moins, bien sûr, que votre partenaire et vous n'ayez une mémoire à toute épreuve.

3Min : la valeur en question est dans la mineure annoncée. Le répondant annonce 3 pour jouer à 3 ou 3, selon la longue, et 4 s'il veut jouer à la manche dans la majeure de l'ouvreur.

3Maj. : l'ouvreur annonce sa majeure, il n'a pas d'honneur ou de singleton en dehors.

 3SA : montre une majeure solide (ARDxxx). Laquelle? Le répondant le saura presque toujours, puisque cela ne lui prend qu'un honneur majeur en majeure pour inférer la réponse.

On peut cependant convenir avec son partenaire que ce 3SA indique le , alors que le fait de passer d'abord par 2SA, prétendant indiquer la valeur désirée dans l'autre majeure, puis 3SA, annule la première information et montre six  solides.

2 - 2SA : "As-tu une mineure quatrième ? ". Cette question n'exclut pas le fit possible en majeure. Mais elle a pour but d'acquérir l'information nécessaire pour trouver une manche ou un chelem en mineure. De toute façon, la clarification de l'ouvreur permettra de trouver un élément précieux d'information dans le cas où la paire serait équipée pour jouer plutôt en majeure.

3Min. : indique quatre cartes dans cette mineure. Le répondant relaie pour connaître la majeure. Une fois la majeure connue, un relais (est défini relais ici toute enchère autre que 3SA, ou la manche dans la majeure ; ou éventuellement la mineure quatrième ; du répondant) demande le nombre de points dans la(les) couleur(s) de l'ouvreur. Si l'ouvreur a montré une mineure quatrième, il commence par établir le nombre de points dans cette mineure (1re étape : 0-1), puis, sur un autre relais, donne le nombre de points dans sa majeure (1 re étape : 0-3). Des relais suivants demandent le nombre de points dans les deux autres couleurs, en commençant par la mineure (1re étape : 0-1). Les exemples suivants aideront à comprendre la beauté du système.

           

 

 

AD8762
54
D753
5

RV4
A6
ARd8
A762



(2 points à )
(6 points à )

2
3
3
4
5

2SA
3
4
4SA
7


(ta majeure ?)
(points à ?)
(points à ?)

 

 

AD8762
D4
9753
5

RV4
ARV3
A2
AR87


 


(0-1 point à )
(6 points à )
(0-1 point à )
(2 points à )

2
3
3
4
5
5
6

2SA
3
4
4
5
5SA
7SA



(points à ?)
(points à ?)
(points à ?)
(points à ?)


 
 

Cependant, si le déclarant n'a pas montré de mineure, toute enchère du répondant dans une autre couleur que la sixième du déclarant constitue un cuebid, non une demande de points : la raison en est que les premiers arrêts ici sont plus importants, puisque, dans le cas où dix cartes étaient connues (une majeure 6' et une mineure quatrième), le répondant n'avait que trois cartes immédiatement préoccupantes; alors qu'ici, le déclarant peut être affligé d'une foule de perdantes rapides. Il s'avère donc prioritaire de vérifier la possession des premiers arrêts.

 

 

D2
AR6542
874
93

AV5
D96
AR65
AR7

 

(A)
(R)
(D)

2
3
3SA
4SA
5

2SA
3
4
5
6SA

 

On notera la difficile question de savoir si les cuebids doivent être absolus ou relatifs : devons-nous cuebider les arrêts à sans atout (A, puis R, puis D) ou faut-il inclure les arrêts relatifs (A ou absence, R ou singleton, D ou doubleton) ? Ma préférence va aux cuebids absolus, surtout parce qu'il y a toujours moyen de montrer une courte par splinter (en sautant) lorsque c'est important. Plus spécifiquement, certains joueurs cuebident A et R ensemble, comptant sur Blackwood pour départager le nombre réel d'as. L'avantage de cette méthode consiste à connaître les rois rapidement, d'autant plus que la puissance combinée des deux mains entraîne rarement d'équivoques.

4. 2 romain "fort" : le but principal de sa création consiste dans le respect rigoureux de l'inversée. Rappelons-le, l'inversée annonce d'abord une longue, puis une couleur d'au moins quatre cartes au niveau de 2 et de rang supérieur à la couleur d'ouverture. Elle suppose de 17 à 21 points. Puisque l'inversée implique une carte de plus, donc au moins 5, dans la première couleur, comment vais-je annoncer une main de type (4441) avec les points pour l'inversée?! Pour les puristes, j'allais dire les fondamentalistes, la "via romana" est tout indiquée, puisqu'ils consacrent ici une enchère spécifique à cette distribution impossible à annoncer autrement avec les points de l'inversée.

Cependant, le 2 romain n'est pas vraiment nécessaire. Voyons concrètement chaque situation. D'abord, 4441. Vous ouvrez 1K. Si votre partenaire répond en majeure, par de problème, vous serez à la manche dans cette majeure. Deuxième cas : 4414. Vous ouvrez à 1Tr. Si votre partenaire répond 1K, gagez 1Co. S'il répond en majeure, mème situation que pour 4441 : vous serez à la manche dans cette majeure. Troisième cas, 4144. Vous ouvrez à 1K. (ou à 1Tr, c'est selon votre approche des mineures). Si votre partenaire répond 1Co, vous demanderez 1Pi. C'est quand la dernière fois que votre partenaire a passé une telle séeuence ? Enfin, dernier cas : 1444. Vous ouvrez à 1K. Seule réponse difficile, 1Pi. Avec 17 points, demandez 2Tr ; avec 18-21, 3Tr, ou en trichant à peine, 2Co.

Soit : 2 -2 : relais faible, montrant 0-8 points.

2 : relais fort, montrant 9+ points.

2- 2
2 : singleton en mineure, 16-19 (R à 2SA; le déclarant nomme la mineure longue,afin de permettre de jouer 3)
2SA : singleton en majeure, 16-19 (R à 3 : 3= singl., 3 = singl.)
3 : singleton, 20+
3 : singleton, 20+
3 : singleton , 20+


2-2
2SA : 16-19
3 : singleton , 20+ :
3: singleton, 20+ :...3: singl 
3 : singleton, 20+ 3 : singl. 
3 : singleton, 20+ 3 : singl. 
3SA : singl.

Une fois la distribution connue, le répondant, s'il le juge opportun, demande les contrôles en relayant.

Celui-ci donne ses contrôles de la façon suivante : S'il est minimum, la première étape : 0-4, deuxième : 5, etc. S'il est maximum, la 1re étape : 0-6, deuxième : 7, etc.

5. 2 romain "ouverture ou mieux" : ici, la main peut contenir aussi peu qu'une douzaine de points. Le triple postulat : La main tricolore est sécuritaire, puisqu'il est difficile de ne pas imaginer un fit quelque part avec le partenaire; l'ouverture 2 nuit aux adversaires; enfin, troisième postulat, on peut trouver des chelems avec peu de points, qu'on aurait pu difficilement trouver autrement.
 
2- toute autre enchère que 2 est p.j. Si cette couleur (autre que coeur) correspond à la courte du déclarant, il peut passer ou annoncer dans la couleur au-dessus pour forcer le partenaire à annoncer encore une fois, tout en annonçant sa distribution.
 
2- 2 : relais. Non forcing de manche. L'ouvreur précise sa main ainsi :
 
2 : 6-7 perdantes, la courte est en majeure. Avec 6-7 perdantes et une courte en mineure, on ouvre de sa meilleure mineure.

2- 2

2-2SA
3 : 7 perdantes, courte à.
3: 7 perdantes, courte à.
3 : 6 perdantes, courte à.
3 : 6 perdantes, courte à.

Après ces séquences, un relais demande la distribution. Toute enchère dans une des trois couleurs de l'ouvreur sera toujours pour jouer. L'ouvreur montre sa distribution en annonçant la couleur sous sa courte.
 
Soit :

Par exemple :

2 - 2
2 - 2SA
3 - 3 : Pour jouer. En somme, après la description de la main, seul le relais est impératif, autrement le répondant place le contrat.
 
 

2- 2
2 - 2SA
3 : courte à 
3 : courte à 
3 : courte à 
3SA : courte à  (NF : il se pourrait que ce soit le meilleur contrat)
 
2 - 2
2SA : 5 perdantes. Les deuxièmes enchères de l'ouvreur montrant 5 perdantes ou moins sont forcing de manche. Relais à 3 pour connaître la distribution.

2 - 2
2SA - 3
3 : courte à
3 : courte à
3 : courte à
3SA : courte à 

Une enchère au plus bas sans atout ou dans la courte (la plus basse enchère des deux) par le répondant demande la distribution exacte ( l'ouvreur peut tenir un (5440) ). Avec un (4441), l'ouvreur revient dans son singleton (ou à SA si la demande a été faite par la courte), sinon il redemande sa couleur cinquième.

Une dernière demande : la demande du nombre de dames. Le répondant redemande la courte ou le plus proche SA (le plus bas des deux), et l'ouvreur répond par étape : première étape : aucune dame, deuxième étape : une dame, etc.
 
Par exemple :

-

AD86

AR762

Rd54

D92

R53

D984
AD6

2
3
4
5

2
3
4
7

 

J'ai ramassé beaucoup de tops et de moyennes plus ; et fort peu de mauvais résultats avec cette excellente convention. Je la recommande sans réticence. A ceci près... qu'on n'en a pas vraiment besoin. Entendons par là que les mains annoncées ainsi s'annoncent très bien de façon normale. Convention souhaitable, mais non essentielle. Vous pouvez partir sans elle.
 
 

6. 2 Précision : vu que son 1 est artificiel, le Précision doit employer l'ouverture de 2 pour indiquer au moins six , ou alors, mais cela n'est pas accepté de tous les adeptes du Précision, 2 peut indiquer aussi 5 beaux et une majeure quatrième. Conséquemment, dans la plupart des variantes du Précision, l'ouverture à 1 constitue une enchère fourre-tout, où le peut se trouver court (singleton), pouvant inclure cinq . Si bien que certaines mains avec absence ou singleton à sont casées sous l'ouverture de 2. Le Power Precision, de Sontag, m'apparaît offrir le meilleur traitement : 2 promet soit une main de Flannery (mais pas avec la variante 46), soit une main tricolore avec 44 en majeure et quatre ou cinq .
 
 

2 - 2maj. ou 3 : p.j.

2 - 2SA : demande de l'information.
: main tricolore
3 : 4531, ou 4540 minim.
3 : 4522 minim.
3 : 4513, ou 4504 minim.
3SA : 4522 max. avec roi ou mieux dans chaque mineure.
4 : 4504 maximum
4 : 4540 maximum

 

2 - 2SA
3 - 3
3 : 4414 minim.
3 : 4414 maximum
3SA : 4414 max. avec singleton R ou A (certains acceptent même D singleton ici)
4 : 4405 minim.
4 : 4405 maximum.

L'autre variante, plus classique, du Précision, fonctionne ainsi :
 
2 - 2SA
3 : 3415
3 : 4315
3 : 4414 minim.
3 : 4414 max.
3SA : 4414 max. avec A ou R singleton
4 : 4405 minim.
4 : 4405 max.

Enfin, dernière variante du Précision, et celle que je préfère d'emblée,consiste dans la main tricolore courte dans une mineure.

Soit :

2K -2maj : p.j. Votre partenaire peut n'avoir que 3 cartes dans la majeure. Ne faites pas de vagues, passez ! Vous aurez ainsi plus de tops que vous ne pensez.

2K - 2SA : votre partenaire a au moins une dizaine de points. Vous demandez votre mineure quatrième si vous avez une main minimum. Pour mes partenaires et moi qui jouons cette convention de 10 à 15, le minimum se définit comme 10-13. Si vous tenez un maximum, demandez la majeure correspondante : 3Co pour montrer 4 trèfles, et 3Pi pour 4 carreaux.

2K - 3min montrait une main de qualité, clairement impérative de manche. Votre répondant pense au chelem dans sa mineure. Si vous y tenez 4 cartes, demandez 4 de cette mineure.

6. 2 Erickson : je tire ceci de Bridge World (juillet 1985). Le couple Erickson, tablant sans doute sur le fait que le constitue une couleur privilégiée au bridge, a conçu un barrage tricolore court à pique, qu'ils jouent 10-13, mais que je préférerais jouer 11-14. Soit :

2 - 2SA
3 : 1345
3 : 1354
3 : 1435
3 : 1453
3SA : 1444
4 : 0445
4 : 0454

Les Erickson prétendent avoir obtenu beaucoup de succès avec cette convention. La fécondité de leur convention repose sur la conjonction de deux idées-forces : le barrage contre , et la distribution globale (avec un registre de points assez précis) annoncée d'un coup. Le seul problème pratique réside dans l'occurrence quelque peu rare de cette main.

7. 2 Bergen : Une des intuitions fécondes de Bergen réside dans la valeur de l'ouverture de barrage avec cinq cartes (voir plus loin les barrages Bergen en majeure). Une autre de ses trouvailles consiste, de concert avec son partenaire Larry Cohen, dans l'amélioration de la convention Ogust. Sur un 2SA interrogatif, Ogust décrit la main de barrage selon deux variables, la qualité de la longue et la qualité générale de la main. Soit, pour Ogust :
 
 

3 : main faible, longue faible

3 : main faible, longue forte

3 : main forte, longue faible

3 : main forte, longue forte

3SA : longue solide

Mais la double carence d'Ogust consiste dans l'impossibilité de montrer une majeure à trois ou quatre cartes (dans le cas du carreau), et, pour le barrage en majeure , de distinguer entre le barrage à cinq et six cartes. Pour pallier ces inconvénients, Bergen inverse les deux premières significations. Il a besoin de l'enchère de 3 pour décrire ses majeures. Soit :

2 - 2SA
3 - (R à 3) [3 montrera trois piques; 3 montrera trois coeurs ; 3SA montrera les deux
majeures troisièmes].
3: Main minimale. Cette main est particulièrement faible si elle contient une majeure. Par exemple, 843 92 RDd974 65 entre dans la présente subdivision d'enchères.
3Maj. : montre quatre cartes dans l'autre majeure, afin que le contrat éventuel en majeure soit joué du bon côté. Une majeure xxx sans singleton ailleurs n'est généralement pas décrite (la main sera alors décrite par 3 ou 3SA).
3SA : une main "non-minimum" sans trois cartes en majeure. Bergen avoue n'avoir pas la place pour distinguer entre les nuances séparant les bonnes couleurs. On redemande 3SA avec 542 84 ARVd64 92. Il ne convient pas de montrer une majeure xxx avec ce type de main. Surtout qu'elle ne comporte pas de singleton.
 
Voici quelques autres séquences propres au 2 Bergen :
 
2- 2Maj. : NF. La main peut varier beaucoup en puissance. Elle peut être aussi forte que

ADd84 D5 8 AV964. L'ouvreur appuie avec un fit.
 
2 - 3Maj. : tout à fait invitationnel. Belle couleur substantiellement suffisante, bonne main.

Un conseil : si vous employez cette excellente convention (en incluant le même traitement dans le cas de 2Maj.), ne poussez pas votre chance. Vous perdrez souvent des plumes en compétitionnant au niveau de 3. Vous avez ouvert au niveau de 2 avec cinq cartes, ou alors, avec une main faiblarde. Le dommage est fait. Vous avez une longueur d'avance. Ils seront facilement à 3 en majeure faisant 4, ou alors, ils chuteront à 4 de la majeure. Prenez votre argent et sauvez-vous, comme dit le proverbe.

Quelle est la meilleure ouverture à 2 ? Disons qu'à mon sens, la plus parfaite, parce que la plus nécessaire, si l'on veut insister sur une cohérence parfaite du système, est le 2 "romain fort", tricolore 16+. A cause de la notion d'inversée, à laquelle je vous renvoie . En somme : avec une main d'inversée, je ne peux annoncer de façon parfaitement conséquente avec les postulats du système exposé ici, i.e., un système de nature "Eastern Scientific", qui est la version moderne la plus populaire du Stardard Américain moderne, car la première couleur annoncée avant l'inversion devrait être d'au moins cinq cartes. Plusieurs bons joueurs jouent Flannery, qui n'est pas sans qualité. Sauf que ces atouts sont surtout stratégiques : on se lance souvent, contre Flannery, dans un sacrifice fantôme, persuadé que 4, par exemple, est un bon contrat pour les adversaires.

En fait, si on veut raffiner, le fin du fin serait de jouer le 2 romain fort, mais à partir de 17+, parce que le 16 tricolore ne vaut pas tout à fait, à mon sens, la main d'inversée.

Voilà pour la théorie officielle, un peu angélique, comme ces réunions d'administrateurs qui comprennent tout... mais rien d'autre! Dans la vraie vie du bridge, c'est le 2 faible, surtout dans la version de Marty Bergen, qui s'avère le plus efficace. À peu près aussi efficace, bien que de nature très différente, le  romain a l'avantage incontestable, non seulement de procurer de bons contrats difficiles à trouver autrement, mais encore de préciser les enchères par inférence : je saurai que lorsque mon partenaire annonce trois couleurs; il s'agit d'un (5431) ou d'un (6421) ; puisque la main tricolore s'exprime par 2.
 
 

Retour au plan
Retour au système d'enchères
Suite à l'ouverture à 2 en majeure