CHAPITRE 18 COUPS ET TACTIQUES

 

Retour au plan
Retour au système d'enchère
Suite à exercices de mains difficiles
 

 

Tout ce qui concerne le jeu de la carte se trouve pour l'essentiel ici ; ajoutons-y les chapitres sur les entames, les signaux, les probabilités, les impasses, et sont couverts tous les aspects du jeu de la carte. Précisons aussi que la division du présent chapitre se fonde sur les types de coups et tactiques ; la distinction entre le jeu du déclarant et celui de la défense constituant à mon sens une catégorie qui a moins sa place ici. Qu'un déblocage soit effectué par le déclarant ou un défenseur a moins d'importance que de saisir la notion de déblocage.
 
 Une fois l'entame exécutée, à part les trois principes fondamentaux que doit appliquer le déclarant (d'abord réfléchir, ensuite réfléchir...enfin...vous l'avez deviné!), quelles questions doit se poser le déclarant, selon quelle stratégie générale doit-il organiser son jeu ? Les impasses et les probabilités font partie de cette stratégie, mais elles ont été traitées ailleurs en tant que telles à cause de leur spécificité, de leur récurrence dans le jeu et de leur importance.
 
 

1. Établissement par coupe
 
 

4 ; Entame : 8

 

A53
Dd2
Rd962
R6

 

D98
864
DV84
Dd8

 

Vd76
53
753
AV94

 

R42
ARV97
A
7532

 

 

Vous prenez le 8 du V . Vous jouez A , puis l'impasse indirecte à  , mais le R   est bouffé par Est, qui joue un deuxième atout, pris au mort par le d. Puis R pour éliminer un   perdant, et coupe d'un troisième  avec A , puis troisième  vers D et quatrième  coupé par S, puis petit   vers A   , et cinquième affranchi pour défausser 1   perdant de Sud.
 
 

2. Coupe croisée

6 ; E. : 4  

 

9
AVd5
A8642
A92

 

Rd742
6432
R9
V8

 

DV

DVd72
Dd7654

 

A8652
RD987
5
R3

 

 

Cas classique de coupe croisée, d'autant plus facile qu'une fois la coupe réalisée grâce au 5 , tous les atouts sont maîtres et je n'ai donc pas à craindre d'être surcoupé...Mais attention! Voyez-vous quelle précaution il faut prendre ? Jouer d'abord les levées maîtresses en   , autrement Ouest se défaussera de ses   et coupera les dits   maîtres. La morale de cette histoire : en coupe croisée, toujours faire ses levées maîtresses d'abord (dans les couleurs qui ne sont ni l'atout ni les couleurs à couper, mais les couleurs "miroirs", à moins qu'elles ne servent absolument de prises de main nécessaires).

 

3. Rallonge d'atout

  ; E. : 7  

 

Ad5
ARVd
AR
ADd4  

 

4
9652
98532
763

 

V987
743
Dd6
RV8

 

RD632
D8
V74
952

 

 

 

Il y a une perdante à   (peut-être 2) et, l'atout ne casse pas 3-2, une perdante à   . Il faut donc prendre de l'A   , puis A   et R   , ce qui dévoile la distribution 4-1. Puis A et R , D et V coupé au mort (rallonge d'atout). Puis, les  majeurs, et sur le quatrième, bien qu'Est coupe, Sud défausse le dernier    (Voir la parenté de cette main avec perdante sur perdante).
 
 

 4.1) Évitement de la main dangereuse (premier exemple)

 

 

Ad763
Dd4
AD9
63

 

RD
RV876
V4
Ad92

 

5
53 Rd8753
DV84

 

V9842
A92
62
R75

 

 

 

Les enchères :

E. : V

S

O

N

E

 

1

1

 

P

P

P

 

D'après les enchères, Ouest doit avoir l'A   , donc Sud peut s'attendre à perdre deux levées en   , et une dans les trois autres couleurs, pour moins un. Alors ?...Sud joue petit du mort, pour conserver la main en Ouest. Ouest continue, Est ayant encouragé par le 8 . Sud prend de l'A au mort. Sud encaisse l'A   , puis élimine le  en le coupant. Sur cette carte, Ouest défausse 8 . Sud met Ouest en main en jouant atout. Le contrat est assuré. En fait, la défense aurait dû prendre le V avec R en Est et jouer D   . Le contrat chuterait alors.

 

4. 2 Évitement de la main dangereuse (deuxième exemple)

 

 

83
D96
ARDd
7542

 

V742
532
9853
D3

 

RD5
AVd84
74
986

 

Ad96
R7
V62
ARVd

 

 

 Les enchères : E. : 5

S

O

N

E

 

P

1

1

1SA

P

3SA

fin

 

Faut-il faire l'impasse    ? Pourquoi? Pourquoi pas ?... Il ne faut pas faire l'impasse à , car si elle rate, un retour  fait chuter le contrat (même si statistiquement,la meilleure façon de faire quatre    est d'abord de jouer A , puis de faire l'impasse). De toute manière, le déclarant n'a besoin de faire que trois   . Il faut donc jouer A   et . Si la D  est troisième en Ouest, il n'y a rien à faire, sinon d'éliminer le  et espérer qu'Est prenne la main si je joue .

 

5. Élimination et mise en main (suivie de coupe et défausse)

  ; E. : R  

 

V864
AR965
A2
92

 

72
Vd
Rd94
RDd85

 

93
D82
V8765
A74

 

ARDd5
743
D3
V63

 

 

, puis, sur encouragement d'Est, 8   vers A  , qui joue 6. Que jouez-vous ? Prenez-vous l'impasse ? Vous avez perdu 2  , vous perdrez 1  et 1 ...Votre seule chance, c'est qu'Ouest ait exactement deux  (car il est clair qu'Est n'a pas le R, sans cela, il aurait joué atout). Vous jouez donc petit  vers A. Vous enlevez les atouts en deux coups. Puis, deux tours de cœurs, espérant que Ouest n’en ait que deux, et tienne le R.. Vous jouez maintenant votre D et le R de Ouest.  Celui-ci prend et doit revenir en mineure. Vous coupez de Nord et défaussez le  perdant de Sud. Cela s'appelle coupe et défausse. Vous avez forcé votre adversaire, après avoir procédé à l’élimination de ses sorties neutres,  à jouer une couleur dont vous êtes dépourvu dans l'une et l'autre main.

 

6. Élimination et mise en main

6 ; E. : V   

 

V7652
Rd7
AVd
RD

 

 


9543
8653
Vd964

 

Rd3
V82
RD7
8532

 

AD984
AD6
942
A7

 

 

Est aurait dû contrer l'enchère de 4 faite à un moment par Nord, puisqu'il était évident que les adversaires ne pouvaient jouer ce contrat : ce contre est une indication d'entame. Donc V   pris par . V   , pour le R   d'Est, et l'A   du déclarant. Retour au mort par R , petit   pour le 8, puis D   pour enlever le dernier atout. Puis, élimination du  et du , et petit  vers le d du mort : Est prend et c'est sa seule levée.

 

7. Retenue

Est a ouvert à 1. Sud aboutit à 3SA. E. : 5

 

 

RDV73
854
6
Rd42 

 

965
97
Dd8543
82

 

Ad4
RVd63
AV9
95

 

82
AD2
R72
ADV83

 

 

Est doit-il prendre de l'A  ?  Sinon, que doit faire Sud ?... Il ne faut pas prendre de l'A : il retourne , que Sud laisse filer. 9 vers Ouest, Sud prend ce troisième  , fait sauter l'A   et fait le reste des levées. Si Est joue le V , c'est au tour de Sud à devoir retenir : les enchères placent l'A en Est, le R est donc en sécurité. L'important, c'est qu'Est n'ait plus de  une fois que Sud a joué son R . L'essentiel est de comprendre que la retenue peut viser deux buts : d'abord garder la main du côté non dangereux, et puis surtout, amener à moyen terme la rupture des communications dans la couleur en question, entre les adversaires.

8.1 Tempo (Appelé aussi timing. Intimement lié à la notion précédente de retenue). Ici, le tempo en défense.

Est ouvre à 1 ; Sud aboutit à un contrat de  . E. : V

 

 

V932
AD65
4
DVd9 

 

74
V97
Vd62
8643

 

86
Rd2
AD985
AR5

 

ARDd5
843
R73
72

 

 

Comment Est doit-il jouer pour faire chuter le contrat ? D'abord, du point de vue d'Est, il est clair que Sud a tout ce qui reste de points invisibles. Il ne perdra ni    ni (sauf l'A ), et il perdra deux   , pour la réussite de son contrat. Car il ne perdra probablement pas de  ; s'il n'a en main que deux   , il établira ses  au mort et défaussera deux  perdants sur eux. Il ne faut donc pas qu'Est joue  avant . Est joue , dans la fourchette AD du mort! Celui-ci prend la D, joue  , pris par Est, qui joue d, pris par A. Retour   , pour Est... qui permet à Est d'encaisser son  maître. Rideaux!
 

8.2 Tempo

Sud ouvre à 1 ; Ouest contre. Sud se retrouve à un contrat de 4. E. : R  

 

 

V654
7654
A92
72 

 

ADd8
9
D764
RDV4

 

973
d32
Vd8
d983

 

R2
ARDV8
R53
A65

 

 

Sud doit-il prendre l'entame?... Il crut sage de pratiquer la retenue : Est n'était-il pas la main dangereuse ? Autant laisser Ouest en main... Mal lui en prit, car après le décourageant 3  d'Est, Sud joua le , pour le d et le R. Sud enleva les atouts. Plaçant AD   en Ouest, à cause du contre, Sud joua un petit    vers V   de Nord, mais trop tard! Ouest joua la D   et un autre , ce qui fit sortir l'A . Ouest fit donc deux , un  et un . Une entame  fait aussi chuter le contrat. Sud doit prendre la première levée, enlever les atouts adverses, et jouer , n'importe lequel, R ou 2, pour établir le V pour défausser le  perdant de Sud avant que les deux arrêts  ne se soient évaporés. Avant que...Tempo!
 
 

9.1 Création d'entrée Timeo Danaos, et dona ferentes » : Je crains les Grecs, même lorsqu’ils apportent des cadeaux. Allusion au cheval de Troyes).

6 ; E. : V 

 

R87654
73
d95
V8 

 

Vd
d5
R6432
R764

 

D93
62
DV7
Dd953

 

A2
ARDV984
A8
A2

 

 

Vous êtes Sud. Vous voyez deux perdantes dans votre jeu, le 8  et le 2  . Il faut affranchir les  du mort. Comment ? Prenez de l'A , jouez un tour d’atout avec A, puis petit  vers Nord, espérant que les  cassent 3-2 (68%) et que l'adversaire qui a deux  ait aussi le d . Troisième tour de , coupé en Sud, par le 9... et Ouest tombe dans le piège en surcoupant du d, majorant ainsi le 7 du mort et donnant une entrée vers les  maîtres.

 

9.2 Création d'entrée (intimement mêlée au tempo ici).
 
  3SA ; E. : 3

 

 

R
8754
AD3
d9875  

 

V982
V963
R86
V6

 

D753
RDd
V72
D64

 

Ad64
A2
d954
AR3

 

 

Sud se retint de prendre la D d'Est. Est continua du R, débloquant ainsi sa couleur pour qu'Ouest puisse faire ses  en bouffant le d avec son valet. Sud prit, forcément, et se trompa tout de suite avec conviction et "sûreté" : A, R, petit   ... et se réveilla à la dure réalité, comme tant de bridgeurs qui ne réfléchissent qu'après. Il n'avait pas assez d'entrées dans sa main pour faire l'impasse à , nécessaire au contrat, et en même temps faire séparément R   et A  . Sud devait perdre un , pourquoi pas maintenant, pendant qu'il reste toutes les entrées. Les adversaires font un  et trois , et le déclarant fait le reste. Comprenons bien la nature du problème : il ne porte pas sur le fait que Sud retient la prise en , mais sur le fait qu'il n'ait pas concédé un    tout de suite.

 

10.1 Blocage
 

  ; E. : V 

 

Vd3
963
ARDd9
R2

 

8764
RV2
32
Vd87

 

2
Dd8
87654
AD54

 

ARD95
A754
V
963

 


 

Est fait D  et A, puis procède à un beau coup en jouant le 8 , afin de bloquer le déclarant au mort, dans l'espoir qu'il n'ait qu'un , et Ouest quatre atouts, toutes choses probables. Du point de vue du déclarant, la main semble facile : les atouts casseront normalement (68%) 3-2 ; il prendra donc le dernier atout au mort et fera les ... Mais voilà, les atouts ne cassent pas. Que faire? Continuer , en défaussant ainsi le  perdant, laisser couper Ouest. Coup d'esprit pour coup d'esprit, Ouest essaie de bloquer Sud chez lui : petit . Mais le déclarant coupe haut et reprend la main au mort par V.
  
 

10.2 Blocage
 
  5 ; E. : R  

 

 

d53
742
96
ARD83 

 

ARDV64
985

9752

 

972
Ad3
V754
Vd6

 

8
RDV6
ARDd832
4

 

 
 

Est joue le deux    sur l'entame. Il n'en veut pas. D'ailleurs, le 8 de Sud semble bien un singleton. Ouest continue donc du 2    : si Est a quatre  et Sud un seul    ou aucun, le contrat chutera, car Sud ne connaît pas encore la mauvaise distribution des , il faut lui enlever sa communication avec le mort avant qu'il fasse l'impasse, en jouant petit  de Nord vers le d . En somme, Ouest "bloque" le déclarant du mort : il ne pourra plus y retourner (commencez-vous à comprendre que blocage, tempo, etc., sont comme les branches d'un même arbre ?...).
 
 


11. Déblocage  (ici, en défense)

3SA ; E. : 5 

 

 Dd843
93
ARDV
V6 

 

RV5
d86
85
d8753

 

962
DV4
d643
AR2

 

A7
AR752
972
D94

 

 

Sur l'entame, Est joue trois tours de   , le troisième allant à D  de Sud. Sur ce troisième tour, Ouest défausse le d , carte inutilement haute, qui doit donc être un signal de préférence "par en haut", i.e., pour la plus haute des deux couleurs restantes ( est exclu, voyez le mort!). I.e. :   . Sud joue , et Ouest le 6. Comment jouez-vous en Est ? Vous avez compris : il faut débloquer! Car si Ouest a le R , le contrat chute toujours. Mettons-le donc en Sud. Il faut alors supposer le d  troisième en Ouest et débloquer D  et . Ainsi Ouest prendra le troisième  et fera ses  affranchis.
 
 


12. Déblocage avec retenue

3SA ; E. : V 

 

32
A
D754
ARV986 

 

Vd96
9743
A96
d5

 

RD87
d652
Rd2
D7

 

A54
RDV8
V83
432

 

 

 

Vous laissez filer les deux premiers , et prenez le troisième en défaussant du mort... l'A ! Sans cela, vous serez bloqué(e) au mort, même si les  cassent. Vous faites vos trois  maîtres, puis  vers A et R, car quand en possession de 9 cartes dans les deux mains, avec un seul honneur manquant, suivez le conseil de Sheinwold : "eight ever, nine never", jamais d'impasse dans ces conditions (voir le chapitre sur les probabilités). D'ailleurs, si vous menez une vie pure et sans reproche, ces impasses fonctionnent toujours!(?)...En tout cas, le déblocage était ici nécessaire à la réussite du contrat, réussite qui dépend par ailleurs de l'autre condition : la distribution des .

 

13. Blocage (coup de Merrimac)
 
  Nord ouvre à 1 ; Sud répond . Sud aboutira à 3SA. E. : R 

 

 

D6
V85
ARD532
RV 

 

9842
RDd43
8
d32

 

RVd
762
Vd764
A6

 

 

A753
A9
9
D98754

 

 

 
Sud prend de l'A  et joue petit  vers R. Comment jouez-vous ? Est se dit que Sud a 5 ou 6  à la D. S'il a aussi le d , le contrat est inchutable. Si bien que Sud a besoin de préserver son A. Il faut donc le faire disparaître au plus vite (le tempo...). Donc, Est prend de l'A  et joue...R  ! Car Est sait une chose que Sud ne sait pas : les  ne cassent pas.
 
 

14. Déblocage (Coup de Deschapelles) :

3SA ; E. : d

 

 

ADd4
AV
7542
863 

 

32
D86
d9863
752

 

98765
R752
AR
A4

 

RV
d943
DV
RDVd9

 


 
Vous êtes Est. Vous jouez A et R , et Sud fournit V et D . Comment continuez-vous ?...Vous l'avez compris, il faut supposer D  chez le partenaire, sans quoi le contrat ne chute jamais. Donc débloquer le , pour majorer la D chez Ouest. Si le déclarant vous laisse la levée, continuez d'un petit . Quand vous serez en main avec le , rejouez .
 
 
15. Jeu de sécurité 
 
  5 ; E. : D 

 

Rd52
AD63
AR4
85 

 

84
92
DVd3
DV974

 

9763
Vd854
-
Ad62

 

ADV
R7
987652
R3

 

 

D avalée par A d'Est. Normalement, il ne devrait pas avoir de problème. Pourtant, un élément fâcheux peut survenir... une répartition 4-0 des atouts adversaires. Vous prenez donc le retour d'Est en Sud et jouez un petit atout. Si Ouest joue le 3, jouez le 4 du mort, car si Est prend la levée, vous ramasserez le reste des atouts. Vous êtes prémunis contre une distribution 4-0 en Ouest. Notons qu'en équipe de 4, le jeu de sécurité est une nécessité, tandis qu'au match point, vous jouez pour faire une levée de plus s'il y a plus de chance pour cela, quitte à risquer le contrat (Voir le chapitre sur la distinction entre Imps, robre et duplicata). Voyons le coup à blanc, qui suit. C'est un proche parent du jeu de sécurité.
 

16.1 Coup à blanc
Il s'agit d'un coup assez fréquent. Le déclarant désire conserver le contrôle de la main. Il sacrifie donc une levée qu'il aurait perdue de toute façon ; ou alors, qu'il peut se permettre de perdre pour se prémunir contre une mauvaise distribution. On voit par là que le coup à blanc est le frère jumeau du jeu de sécurité. L'exemple suivant est tiré de That Elusive Extra Trick, de Reese et Bird, p. 57 : après une surenchère de 2 en Ouest, N-S se rendent à 4 .
 
 
 

 

 8764
d73
-
ARDV52 

 

Vd52
R64
ARDV4
6

 

9
DV95
9652
d982

 

ARD3
A82
d873
74

 


 

Ouest entame de l'A. Si vous jouez comme bon nombre de joueurs, vous chuterez. La tentation, si on n'approfondit pas l'analyse, consiste à couper, jouer trois tours d'atout, puis s'attaquer au carreau. Il est tout à fait correct de couper le carreau, mais dès que le deuxième tour d'atout vous a révélé la bris 4-1, votre condamnation est inéluctable. Si vous nettoyez les atouts, Ouest prendra le dernier et ses carreaux vous feront chuter lourdement ; si vous ne jouez que deux tours d'atout, vous devrez jouer sur les trèfles. Ouest coupera le deuxième trèfle, retournera carreau pour enlever le dernier atout du mort  (d’où césure des communications avec le mort) et coupera trèfle une deuxième fois. Il faut donc, dès la deuxième levée, faire un coup à blanc à l'atout : vous contrôlez encore la coupe à carreau au mort, mais dès que vous prendrez le retour, vos trois atouts maîtres balayeront les atouts et vous ferez vos trèfles en toute quiétude.
 

16.2 Coup à blanc

6 ; E. D Cette main, véritable matrice du coup à blanc, est tirée de la chronique de David Bird du Bulletin de l'ACBL de septembre 2009.
Vous voyez deux perdantes, une à trèfle et une à pique. Que faire ?...

 

 

 753
742
AD764
83 

 

DVd62
5
R95
9742

 

94
983
Vd3
RDd65

 

AR8
ARDVd6
82
AV

 

 

Vous avez une chance. Il faut à la fois que le R soit bien placé et que les carreaux cassent 3-3. Soit 36% pour le bri 3-3 et 50 % de ce 36%, soit 18 %. C'est mince, mais mieux que rien. Soit : un coup à blanc à carreau. Est retourne pique. Vous prenez de votre deuxième et dernier arret à pique. Maintenant, votre dernier carreau vers la dame. Puis l'as. Vous défausserez vos deux perdantes sur les deux carreaux maîtres. Vous n'aurez perdu en tout qu'un carreau.

Un bon défenseur en Ouest pourrait faire du grabuge dans la tête du déclarant en jouant le R à la première carte de carreau jouée. Il espère que le réflexe du déclarant sera de prendre de l'as... pour la chute du contrat.

 


 17. Perdante sur perdante

Sud joue un contrat de 4   ; Ouest a surenchéri à 2 .E. : R

 

 

643
72
A53
A8765 

 

d8
RDV986
D92
R3

 

972
54
Vd64
Dd94

 

ARDV5
Ad3
R87
V2

 


 
Ouest entame du R, vous prenez de l'as et retournez le d, afin de couper votre troisième  du mort. Mais Ouest
prend et retourne... D! La vérité apparaît alors. Ouest avait 6 , et Est surcoupera le mort. Vous perdrez donc deux ,
et 1   , pour la chute du contrat. Pourtant, vous pouvez l'assurer : au lieu de couper (la surcoupe semble bien programmée par les adversaires), défaussez un petit  du mort et vous ne perdez plus de  ! Ce coup, fréquent et beau, vous sera très utile. Effectivement, vous avec procédé à un transfert de coupe, ce qui est un profit fréquent  de la convention «perdante sur perdante » : vous pourrez couper un carreau sans danger de surcoupe.

 
18. "En passant 
Le contrat final est de . Ouest a surenchéri à 2. E. : R 
 
 

 

A64
864
A875
643 

 

V2
RVd9
RDV64
V2

 

Dd9
D72
d92
Dd95

 

R8753
A53
3
AR87

 

 

Quand tout semble désespéré, il faut imaginer avec quelle distribution adversaire le contrat serait possible. Entame prise par A au mort, puis  coupé en Sud, qui joue 7  pour 9  d'Est. Celui-ci retourne le 2, que Sud laisse filer vers Ouest. Ouest retourne le d pour D d'Est et A de Sud. Sud encaisse AR puis  AR   et coupe 8   avec 6   du mort, puis joue 8 et peu importe ce que joue Est, Nord fait toujours son 8  en passant - jouant après Est. Comme une impasse indirecte.


 
  19. Uppercut
 
  Un coup qui part d'en bas et va au visage. 6  avec intervention de 1 en Ouest ; E. : R
 

 

RV97
A95
98765

 

d83
d
ARDV43
V75

 

D654
DV8763
2
d8

 

A2
R42
d
ARD9643

 

 


 Vous êtes Est. Votre partenaire entame du R , qui tient, Sud fournissant le . Puis Ouest joue A . Que jouez-vous ? Pourquoi ?...Vous coupez du d, car ou bien vous remportez la levée, Sud ayant un autre  (peu probable), ou bien Sud doit couper d'un honneur majeur et le contrat chutera si Ouest a V troisième. Vous avez porté un coup "bas" (le d) qui monte droit au visage : le déclarant doit sacrifier un honneur.
 
 

20. Compte des mains
 
Sud est à 6  ; Est s'est commis d'une surenchère à 2. E. : R  

 

 

2
A5
RD654
AV973 

 

-
9876
V973
RD864

 

D854
RDVd43
d8
5

 

ARVd9763
2
A2
d2

 


L'as de  du mort prit l'entame. Puis,  vers l'A, Ouest défaussant un . Comment jouez-vous ?

Sud crut que c'était une bonne idée de jouer les , pour défausser son  perdant sur le troisième . Mais Est ne l'entendait pas ainsi. Il coupa, obligeant Sud à surcouper et à chuter. Le déclarant aurait dû réfléchir à la distribution des mains adversaires : pour sa surenchère, Est devrait avoir . L'absence à  d'Ouest prouve qu'Est a quatre . Il a joué un ; pour réussir mon contrat, je dois croire que ses deux autres cartes sont des . Je joue R   puis V   pour faire sortir la . Je prends le retour  avec l'A, j'enlève l'atout qui reste, et je défausse mon  perdant sur le troisième  maître.

 

21.1 Inférences

 Les enchères :

O

N

E

S

 

P

P

1

2SA

P

 

3

P

4

 

 

 

 

 976
d42
D63
A752 

 

?

 

?

 

AV4
ARDV53
82
D9

 

 


Ouest entame du 3   (troisième-cinquième). Vous jouez petit du mort et prenez le valet d'Est avec votre dame. Vous enlevez les atouts : Ouest en a un ; Est, les trois autres. Un génie vous apparaît : "Si tu me décris parfaitement les mains adversaires, je te donne un top ; sinon, tu auras un trou."... Alors, ces mains ?...

D'abord, il est clair qu'Est avait à l'origine deux trèfles. Or, il a donné le fit à trèfle : c'est donc qu'il n'a pas trois carreaux. Conséquemment, Ouest en a au moins six. Par ailleurs, Est n'a pas ouvert. Or, il a au moins six piques puisque Ouest en a au plus un. Mais pourquoi Ouest n'a-t-il pas entamé carreau ? C'est qu'il n'a pas AR . Ainsi, Est, avec RD  sixième et le R , aurait sûrement ouvert à  . C'est donc qu'il n'a pas les deux honneurs manquants à pique. Conséquemment, Ouest a un honneur pique singleton. Votre contrat est maintenant assuré. Vous avez fini d'enlever les atouts au mort dès que vous avez constaté le singleton de Ouest - ce qui vous a permis les inférences ci-haut mentionnées. Pique vers votre as : vous voyez apparaître le R   de Ouest. Sa distribution se confirme être 1165. Vous remontez au mort par le trèfle . Petit pique. Bonsoir Madeleine ! Ça m'a fait plaisir de faire mon valet de pique "en passant", c'est-à-dire par impasse indirecte.

 

21.2 Inférences

Ouest ouvre les enchères à 1 . Sud aboutira à un contrat de 4. E. : 6 

 

 

A53
A962
V643
D6 

 

?

 

?

 

V83
RVd53
ARd
d2

 


Supposons que Conan Doyle vous apparaisse et vous demande, mine de rien, comme seul sait le faire un fantôme : "Cher ami, montrez-moi qu'Est a le R    et la D   ." Pourriez-vous satisfaire les espoirs que son esprit "audelesque" a fondés sur vous?... Raisonnons : Ouest a ouvert, il a 12+ points ; il n'a pas à la fois R   et D   , ça aurait été une trop belle entame ( R   ), ni à la fois A    et R   , car alors il aurait entamé de l'A   . Mais pour qu'il ait 12+ points, Ouest doit avoir A   et le  . Conséquemment, je dois faire l'impasse à la D en Ouest (R , puis V ) et, une fois les atouts enlevés, jouer pour la D singleton ou doubleton en Ouest, puisque les points montrent qu'elle y est. Sur le quatrième , je défausserai un  perdant... On notera entre autres à quel point il est important de considérer ce que l'entameur n'a pas entamé. Plus généralement, l'expérience montre qu'avec ce mélange explosif de raison et d'imagination, autrement appelé déduction créatrice, on peut inférer beaucoup plus que l'on croit sur les jeux adverses.

 
 

21.3 Inférences
 
  Sud joue 6 ; E. : D  

 

6
A543
ADV3
A542 

 

?

 

?

 

R53
RV9876
9
R83

 

 

Sur l'entame prise au mort, Est joue le  . Puis, sur l'as de , Ouest joue D . Où est le R, dont je dois savoir l'emplacement si je veux réussir mon contrat ?
 
Reprenons l'enquête par le début. Ouest, qui a déjà montré la D  (et présumément le V  ), la D, peut-il avoir à la fois l'A  et le R ? Non, parce qu'alors, il aurait assez de points pour ouvrir et ne l'a pas fait. Dois-je mettre en main tout de suite Ouest avec l'A ? Non, car Est semble singleton à  et il couperait un retour  . Car je n'ai pas besoin de faire une levée à   , en faisant l'impasse indirecte en jouant petit  de la table, puisque je n'ai aucune défausse intéressante à faire au mort. Donc, j'enlève le dernier atout, et je joue R . Si Est l'emporte, je devrai deviner le R de . Mais si Ouest l'emporte, le R est clairement en Est. Et alors, je ferai l'impasse par coupe (ou expasse) à .
 
 

22. Renversement de main
 
7 ; E. : 2

 

R632
A43
RDd9
RD 

 

DV
Vd86
6432
V98

 

d9875
97
-
765432

 

A4
RD52
AV875
Ad

 

 

L'attitude qui mène au renversement de main, c'est de se "mettre la tête à l'envers" et de considérer la main cachée comme un potentiel...et tout s'éclaire, se simplifie. Le main du mort devient la main déclarante, pour ainsi dire, et vice-versa. Soit : R , A, R coupé de A, D coupé par V, R, d, 9. On notera qu'on peut faire le contrat en coupant le quatrième  au mort, mais c'est une ligne inférieure de jeu. Car cela implique trois  en Ouest, ce qui est moins probable que deux  en Ouest. En somme, il faut décider de quel côté on veut jouer la main.
 

23. Meilleure tactique
 
Le bridge est affaire de probabilité à x %, de mise en main à y %, de perdante sur perdante à z %...et de jugement à 100%. Voyez cette main magnifique, magnifique non parce que le déclarant a tous les honneurs, mais parce qu'elle va illustrer cette priorité absolue du jugement. Le contrat : 4   . Ouest entame du 2 de  . Quelle carte jouez-vous au mort ?
 

 

DV963
A7
742
A73 

 

?

 

?

 

A8754
3
Add8
Vd9

 


Vous jouez D, évidemment. Est joue le roi, que vous prenez de l'as. Vous pouvez faire quatre impasses en mineures, une seule réussie vous garantit le contrat. Vous souriez...Mais vous n'avez pas réfléchi. Car après avoir enlevé le dernier atout et vidé les  (quelle expression romantique!), vous jouez le V  , qui perd au R de Ouest. Retour du 9 ... Le cauchemar commence à faire sentir sa présence diffuse : où est ce maudit valet  ! Vous tentez l'impasse, elle échoue ainsi que votre contrat. Voici les mains :
 

 

DV963
A7
742
A73 

 

2
RV42
RV63
6542

 

Rd
Dd9865
95
RD8

 

A8754
3
ADd8
Vd9

 



Si vous utilisez votre jugement, vous comprenez que le contrat est inchutable contre toute défense et toute distribution. Videz les majeures, puis A. Si le R tombe, c'est réglé. Sinon, montez au mort via l'atout et jouez petit  : couvrez la carte d'Est. Et ici, mettons les choses encore plus difficiles : changeons les  du déclarant pour AD96 et ses    pour Vd6! Disons donc qu'Est joue le 8, vous le 9 et Ouest le d de . Ouest joue , petit du mort et D   d'Est. Est est en main : s'il joue , vous faites forcément deux levées dans cette couleur. S'il joue x, vous mettez la D. Si Ouest prend du roi, les  auront cassé 3-3 et votre quatrième  est bon! Dans les autres cas, il y a évidemment coupe et défausse... C'est pas beau, ça!
 
 

24.1 Coup trompeur
 
 

Vous ne jouez pas contre des ordinateurs - et quand cela serait, vous réussiriez quand même des coups trompeurs.  Vous jouez contre des océans d’émotions qui ont nom « êtres humains ».Vous êtes en Est, avec AR5. Votre partenaire entame du 2 de cette couleur. Au mort, trois petits. Normalement, vous joueriez le R, pour montrer au partenaire que vous avez aussi l'as, puisque le déclarant ne boufferait pas votre roi. Mais ici, vous jouez l'as, pour faire croire au déclarant que Ouest a le roi. Vous retournez le 5. Le déclarant, qui a Ddx, espère que vous avez le valet et joue le d. Mais c'est votre partenaire qui l'a !...
 


  24.2 Coup trompeur


Sud atterrit à  . E. : 9

 

A764
R2
865
9754 

 

D93
987
AV42
Rd6

 

V
d54
Dd973
A832

 

Rd852
ADV63
R
DV

 

 
 

Sud se dit avec bon sens qu'il n'y avait aucune raison de dévoiler aux adversaires qu'il avait l'autre majeure cinquième et ne l'annoncera pas. Dès l'entame, l'avenir sembla plutôt sombre : deux perdantes à , une à  et, à moins qu'un des adversaires n'ait DV   secs, une perdante à    ... à moins qu'une petite ruse... R , A   , R   dévoilant la distribution 3-1 des atouts adversaires. Puis A , D avec défausse    au mort, puis petit : Ouest met évidemment le V en Est et ne coupe pas. Il découvre la supercherie quand Est se défausse du 8  , mais trop tard : Sud joue un autre , pour une troisième défausse  au mort, limitant ainsi les pertes à un , un  et un .
 

24.3 Coup trompeur

 
Contre 3SA, Ouest entame V . Au mort, 743. Est joue le 8. Sud a ARD65. Le 8 est sûrement un singleton. Si Sud veut un retour , il joue...le 6! Ouest prendra le 8 pour un encouragement, et assurera quatre levées en Sud, tout autre retour que  faisant chuter le contrat.
 
 25. Squeeze

Vous pourrez trouver bon nombre de bouquins écrits sur ce sujet assez complexe, et pourtant, dans une partie de tous les jours, les squeezes ne se présentent pas à chaque main... Encore qu'on ne les voit pas toujours !
 
  Les enchères :

O

N

E

S

 

P

1

 

 

 

 

 

fin

 

 

 

 

 

Voici maintenant les mains :

 

d93
AV43
d84
753 

 

65
D762
AD
RD842

 

87
d95
V9732
AVd

 

ARDV42
R8
R65
96

 


 
Deux perdantes à , comment s'arranger pour n'avoir qu'une perdante à . En soi, il y aurait toujours moyen de faire l'impasse à la D par le V, et jouer x espérant l'A en Est, ayant entre temps défaussé un  sur l'A. Mais c'est là rêver en couleur à plein tube et avec une trame sonore : les enchères nous assurent qu' Ouest a l'A. La solution ? Sa Majesté le Squeeze. Vous coupez le troisième , vous jouez tous les atouts, gardant au mort les quatre  et un petit . Ou bien Ouest se défausse d'un  et vous réalisez quatre , ou bien il garde ses quatre  et l'A sec. Dans ce cas, jouez  : Ouest doit mettre son A et revenir . Vous faites le reste. Vous trouverez un certain nombre d'ouvrages sur le squeeze ; je vous conseille surtout Love, Bridge Squeeze complete et encore plus Romanet, Tout Le Squeeze (voir la bibliographie).

 

SURVOL DES AUTRES COUPS
 
Il s'avère probablement utile de dégager quelques coups et tactiques qui se présentent à l'occasion ou dont on parle un peu plus souvent qu'autrement malgré leur rareté, mais à cause de leur beauté ou de leur intérêt à nous révéler d'une manière "diamantaire" la nature du bridge.
 
26. Coup de Vienne : Terme savant et "très chic ma chère" qui fascinera la belle-mère. Sorte de squeeze précédé d'un déblocage. Van Den Borre le définit ainsi : " Une forme de déblocage permettant de créer une menace contre l'un des adversaires qui possède, outre la menace que l'on vient d'isoler, une autre menace qui, elle, était automatique." Genèse : Vienne, en Autriche, où ce coup fut révélé.
 
27. Coup du diable : spectaculaire et rare, ce coup consiste à dérober à l'adversaire une levée qui semblait mathématiquement assurée. Sur le principe du "coup en passant", mais inversé : la carte d'atout que je vais réaliser "de l'autre côté de l'adversaire menaçant" est précisément une carte plus forte, si bien que la levée "sûre" de l'adversaire subit une embuscade forcée. Encore faut-il que la distribution soit parfaite pour forcer l'élimination nécessaire.
 
28. Coup de Bath : vous avez AVx. L'adversaire entame du R de cette couleur. Ne prenez pas. Si l'adversaire continue dans cette couleur, vous faites deux levées. Une subtilité : pour aider les adversaires à se tromper, jouez une "fausse carte" de votre jeu, en l'occurrence une plus haute que la moins forte (par exemple, le 5 de AV52), afin que l'entameur soit persuadé que son partenaire l'encourage malgré sa basse carte, qui en fait doit être une "haute", "puisqu'il a encore la deuxième ... Attention, cependant, quand vous avez l'A chez vous et le valet au mort. Peut-être vaut-il mieux prendre de l'as et faire sortir la dame plus tard si vous avez besoin du valet comme entrée au mort.
 
29. Clash : vous jouez dans une couleur d'atout où vous ne possédez que la dame et le valet ; vous vous arrangez pour que les adversaires jouent chacun l'honneur majeur manquant. En général, en partant du mort avec la dame, Est couvre du roi, et Ouest...avait l'as singleton! Ça fait "boom"! Un clash, selon l'expression anglaise.

30. Coup de l'empereur : Variante du coup de Deschapelles. Comme dans celui-ci, vous sacrifiez une grosse carte pour créer une entrée chez le partenaire, mais ce sacrifice s'opère ici sous forme de défausse.
 
31. Sous-coupe : aussi spectaculaire que rare. Amusant surtout. Consiste à sous-couper pour ne pas être mis en main, ou pour que l'adversaire reste en main.
 
 

32. Réduction d'atout : coup qui tient à la fois de la sous-coupe, du coup en passant et de la mise en main précédée d'une élimination : vous réduisez un des adversaires à seulement de l'atout et vous jouez une carte d'une autre couleur que l'autre des deux mains pourra surcouper : si l'adversaire met un petit atout, l'autre main surcoupe ; s'il joue gros, il est mis en main.
 
 
Retour au plan
Retour au système d'enchère
Suite à exercices de mains difficiles