CHAPITRE  22 CARTE DE CONVENTION DE L'ACBL

 

Retour au plan
Retour au système d'enchère
Suite à Robre Duplicata IMP

 

Voici d'abord la feuille de convention de l'ACBL.

CONTRES SPÉCIAUX

 

Négatif  ____ +____

En réponse  ____ Maximum 

Soutien Ctre ____ Surcttre 

 

Autres: _____________________

SURENCHÈRES À SANS ATOUT

Directes :__ à__Système activé 
Conv. _________________
Balance:____ à ____
Saut à 2SA Mineures  Inférieures 
Conv.: _________________

NOMS ___________________# ____

ENCH. ALERTABLES : en ROUGE ENCH. ANNONCÉES OMBRAGÉES

SYSTÈME DE BASE

2/1 impératif de manche  imp. manche sauf si coul. répétée 

Très faibles Ouv.  Ouv. 3  Surenchères  Barrages 

Ouverture imp. : 1  2 Naturelle au 2 niveau Autres 

SURENCHÈRE SIMPLE

Au niveau de 1 de___ à ___ P.H.
Souvent à 4 cartes  Souvent faible 

Réponses

Nouvelle couleur: imp. constr  non imp 

Soutien à saut: imp. inv. barrage 


DÉFENSE VS SANS ATOUT
VS fort faible_______

2 __________ _________
2
__________ _________
2 __________ _________
2__________ _________
Ctre _________ _________

Autres : ___________________


VS LE CONTRE D'APPEL DE L'ADVERSAIRE
Nouv. coul imp. Niv. 1
 Niv. 2 
Saut,nouv. coul. imp. inv. faible

OUVERTURES EN SANS ATOUT

1S.A.
___ à ___
___ à ___

Souvent maj. 5° 
Syst. activé ___
2 Stayman 
Puppet  ____
2
Transfert à 

Staym. imp. 
2 Transfert à 
2
_______

2SA ______

3 _____

3 _____
3
_____

3 _____
4, 4 Transfert 
Smolen 
Lebensohl  (sss ___ nie)
X négatif 
Autres : __________
Ouv. conv. à SA ____

2SA ____ à _____

Puppet Stayman 

Transferts :
Jacoby  Texas 

3SA _____ à ______

SURENCHÈRE AVEC SAUT
Forte  Interm.  Barrage 

BARRAGE D'OUVERTURE

Ferme faible très faible

3°/4° niveau   

Rép. conv.:

________________________________

 

CUE-BID POSITION DIRECTE

Sur : min. Maj. Ench. Artif.

Naturel   

Appel fort   

Bicolore   

Surcontre sous-entend aucun fit 

2SA sur Limite+ Limite Barrage

Majeures   

Mineures   

Autres :_____________________

VS UN BARR. D'OUV., LE CONTRE EST
Appel : 
Pénalité 

Appel conv.____________________
Réponse Lebensohl
Autres : __________
____________

OUVERTURES EN MAJEURE
 Long. min. espérée
4  5
1e/2e  
      3e/4e  
RÉPONSES
Sout. à saut imp.  limite
barrage
Après suren.imp  limte 
barrage 
Rép. conv.:
2SA  3SA  Splinter 
Autre : ______________________

1SA : impér.  semi-imp. 
2SA : impér. 
inv.  ___ à ___
3SA : _____ à ____

OUVERTURES EN MINEURE
Long. min. espérée
   3 4 2 autre
1    
1
   

RÉPONSES
Sout. à saut imp.  lim.  barr. 
Supp. imp. : saut autre min. 
Sout. simple :  Autre : _______
ignore fréquemment 4+

1SA/1 : ___ à ____
2SA : imp.  inv. : ___ à ___

CONVENTION DE CHELEM Gerber  4SA : Blackwood  RKC 1430 

Après intervention : DOPI
 DEPO  Niveau : __________ ROPI 

Drury  inversé  2 niveaux  soutien 
Autres : ___________

3SA : ____ à ____
Autres : ________________


ENTAMES (Encerclez l'entame si pas en caractère gras)

VS COULEURS VS SA
XX XXXX XX XXXX
XXX XXXXX XXX XXXXX
ARX d9X ARVX ADVX
RDX RVdX AVd9 Ad9x
Vd9 Dd9x DVdX Dd9X
RDd9 Vd9X d9XX

 

 

ENTAMES DE LONGUEUR

4° VS coul.  VS SA 

3° ou 5° VS coul.  VS SA 

Attitude VS SA 
____________________________
À l'entame, le signal est principalement
Attitude  Compte  Préférence 


COPYRIGHT © BCC 6.3.15

Jeu de la carte en défense
Vs coul. Vs S.A.

Standard :  


Sauf
 ____________
Autres : _______________

Inversées :
Compte  
Attitude  
__________________
défausse
Lavinthal
 
Paire/imp.
 
Autres : __________________

Smith Echo
 
Préfér. à l'atout 
Foster Echo  

_____________________________
DÉFAUSSE SPÉCIALE 

DEMANDEZ S.V.P.

DÉCRIRE
2__ à __ P.H.
 Fort  Autre ______________

RÉPONSES

2 : nég.  en attente : 

2__ à ___ P.H.
Naturel  Conv. 

2SA : imp. 

Nouv. coul. : imp. 

2 ___ à ___ P.H.
Naturel  Conv. 

2SA : imp. 

Nouv. coul. : imp. 

2 ___ à ___ P.H.
Natrurel  Conv. 

2SA : imp. 

Nouv. coul. : imp. 

AUTRES ENCHÈRES CONV.

 

Nouv. min. imp  2 niveaux 
Saut nouv.coul. = faible toujours  en compétition 
4 coul. imp. 1 tour  manche 
4 coul. imp. de manche sauf si 2 coul. plus basse ET répétée 

CBS  GSF  Autres : __________________

 

 

En principe, chaque joueur doit en avoir une à la table, afin que les adversaires puissent s'enquérir des conventions jouées par l'équipe, sans devoir poser de questions, ce qui permettrait aux adversaires de se rendre compte d'une erreur éventuelle dans la transmission des communications. En pratique, il arrive souvent qu'un seul des deux membres de la paire a une carte. Cela est toléré, pour des raisons qui relèvent du bon sens...et du manque d'espace sur la surface de la table. Encore qu'il y a quelques années, dans une séance des championnats nord-américains, mon adversaire de droite m'a demandé sur un ton assez rogue : "Avez-vous une carte de convention ?". Je lui montre la carte de mon partenaire : "Voilà notre carte!" Il lance un retentissant : DIRECTEUR !! Le directeur se pointe, reçoit la plainte du type et me rappelle que la règle exige deux cartes de convention... que je remplis illico dans ses grandes lignes. Je revois le directeur quelques minutes après, et lui exprime l'opinion que le seul but de l'olibrius consiste à déconcentrer l'adversaire. Soupir entendu du directeur : "Il fait ça depuis deux jours!...Mais je n'y peux rien, c'est légal!". Légal, mais encombrant et inutile. Je souhaite que ce règlement, objet d'aucune vérification sauf sur demande, soit supprimé au plus vite.

Tournons la page et découvrons les secrets de cette apparente "chinoiserie" qu'est la carte de conventions. Épluchons-la item par item, en commençant par la partie qui débute en haut à droite. Je donnerai entre parenthèses les termes anglais lorsque ceux-ci diffèrent sensiblement des termes français.

 

1. NOMS

Vous marquez votre nom, ou, plus convenablement, le nom de la paire, surtout lorsque vous jouez avec un partenaire régulier. On ne répond pas à cet item si l'on joue avec un partenaire qu'on ne reverra plus, ou si l'on a de bonnes raisons de croire que cette carte ne servira plus (par exemple, parce qu'on y expérimente un nouveau système). En effet, notre numéro de paire changera à la prochaine partie, ce qui nous obligera à réécrire notre carte...En somme, la carte dure plus longtemps que le numéro de paire. Une des façons de procéder consiste à utiliser un livret de cartes de conventions. On en remplit une par partenaire. Ainsi, même si vous jouez avec un partenaire relativement rarement, vous n'avez pas à vous torturer l'esprit pour savoir ce qu'il joue, remplir une carte à toute vitesse,... et vous tromper. La carte est déjà toute prête, remplie à tête reposée il y a quelques mois, la première fois que vous avez joué ensemble.

 

2. MÉTHODE DE BASE (general approach)

Quelle est la ligne directrice du système que vous jouez ? Standard Américain, Précision ? etc. À l'intérieur de cette approche, jouez-vous 2/1 impératif de manche (décrit plus haut sur l'ouverture en majeure) ? Ou alors, jouez-vous la variante du 2/1 qui spécifie que si la couleur du répondant est répétée, ce n'est plus impératif de manche ? Vos ouvertures sont-elles très légères en troisième position (ou même en première position !), comme surenchères, comme barrage ? Votre ouverture impérative est-elle 1 (si vous jouez Précision, ou des systèmes apparentés, comme Shenken) ? Ou est-ce 2 (comme le veut le standard américain moderne) ? Ou bien toutes vos ouvertures au niveau de 2 sont fortes ? Vous cochez les carrés ad hoc selon votre système.

 Un nouvel élément apparaît ici : le 1 est rouge. Cela signifie que cette enchère est alertable. Lorsque votre partenaire entend cette enchère, ou toute autre enchère marquée de rouge sur la carte, il doit dire aussitôt :"Alerte!" C'est que l'enchère est artificielle, et comme elle véhicule une information possiblement ignorée de vos adversaires, vous devez, en toute équité, les alerter à ce fait. Attention, cependant : vous ne devez pas leur livrer cette information s'ils n'en font pas la demande. Il est toujours désagréable d'entendre : "Alerte! Mon partenaire peut être court à ", ou quelque information du genre : peut-être ne voulez-vous justement pas demander le sens de l'alerte, au cas par exemple où vous avez des raisons de croire à la possibilité d'une erreur d'entente chez les alerteurs ( il reste que dans le cas précis de la courte à , les directeurs s'entendent pour trouver correct qu'on divulgue cette information directement, sans alerter). Car en expliquant l'alerte, l'erreur d'entente est éventée!... Autre précision : on n'a droit de s'informer du sens de l'alerte ­ ou de s'enquérir de quoi que ce soit ­ que lorsque c'est à son tour de parler. Et encore faut-il s'informer avant de procéder à son enchère. Notons en passant une erreur lourde et assez fréquente : lorsque, avant de faire mon enchère, je demande une revue des enchères, je dois absolument écouter sans interruption le déroulement des enchères, autrement un arrêt en plein milieu pourrait constituer une information indue (consciente ou inconsciente) pour mon partenaire. Pendant que nous sommes au chapitre des erreurs fréquentes, rappelons qu'un défenseur n'a pas le droit de placer les cartes du mort ­ c'est bizarre comme la couleur replacée s'avère intéressante pour la personne qui la replace "pour qu'elle soit bien visible"...

 

3. OUVERTURE À 1SA

Vous avez bien lu, il y a deux ouvertures à 1SA! Certains en effet n'ouvrent pas avec le même pointage vulnérable et non vulnérable. Par exemple, vous trouverez 11-14 NV et 15-17 VUL. Ou même, la différence peut résider dans la position : en première et deuxième position, quelques paires ouvrent plus "léger" qu'en troisième et quatrième position (pour d'autres, l'ouverture est plus faible en troisième et quatrième position... ce qui me paraît bizarre, mais la vie nous a montré des incohérences plus graves). On veut savoir aussi si vous ouvrez régulièrement 1SA avec une majeure cinquième. Jouez-vous les transferts Jacoby (2 transfert à 2 2 transfert à 2) ? Ou alors (c'est plus fréquent avec le petit sans atout), 2 est un Stayman impératif de manche ? Jouez-vous Smolen (voir cette convention) ? Si vous jouez Blond Relays, c'est la même chose - cochez alors la case pour Smolen. Que signifie une réponse de 2SA sur 1SA ? Jouez-vous Puppet Stayman (votre réponse , au niveau de 1 ou 2 ) appelle-t-elle un relais à ? Jouez-vous les contres négatifs en réponse à 1SA après intervention adversaire ? Jouez-vous Lebensohl ? Lequel des deux ? (voir cette convention).

Enfin, "autre" devrait contenir toute autre convention que vous employez après l'ouverture en SA. Par exemple, que 1SA-3 signifie un essai de chelem dans les mineures (ou, selon une traitement tiré du Précision de Sontag, 54 en mineure et trois ou quatre coeurs), ou encore, vous employez Flint après l'ouverture à 2SA, SOS Brozel, etc.

 

4. OUVERTURE EN MAJEURE

La première question posée a trait à l'ouverture quatrième : quand vous ouvrez d'une majeure, peut-elle être quatrième en première-deuxième position, ou alors en troisième-quatrième ? La grande majorité aujourd'hui ouvre d'une majeure cinquième. Car dans ce cas, si vous ouvriez un jour d'une majeure par ARV10, par exemple, sans avoir coché la case appropriée, vous pourriez passer des moments désagréables ­ le directeur vous donnerait probablement raison, si tant est qu'il est évident pour lui que cela ne se produit dans votre jeu qu'une fois par année...Mais ne courez pas après la chicane pour rien.

L'appui à double saut (1- 3 1 - 3) se joue généralement comme enchère limite (10-11) dans les clubs. Plusieurs débutants ont l'habitude d'alerter cette signification. Mais regardez bien : elle n'est pas en rouge, i.e., elle est non alertable. Ce qui est en route, c'est le fait que ce saut signifie faiblesse.Limite en compétition vous pose la même question. On notera qu'on dit : un limite. L'acception masculine est généralisée.

Les réponses de 2SA et 3SA sont alertables si elles ont un sens particulier, généralement l'appui conventionnel. La convention la plus répandue est le 2SA Jacoby, qui promet une main d'ouverture avec fit à quatre cartes et pas de courte. De même, la réponse de 3SA doit être alertée si elle traduit autre chose qu'une main carrée de 16-18 ou 16-17. Par exemple, je joue avec plusieurs partenaires pour qui cette réponse indique 12-13 points. Pour d'autres, surtout les utilisateurs du Précision, 3SA indique une main carrée de 14-15 points avec fit.

Le Splinter en revanche figure sur la grande majorité des cartes "sérieuses". Si vous jouez le mini-splinter, ou mini-splinter et plus, il faut l'indiquer clairement ici (à la plume fine, avec une écriture lisible!).

Le reste ne devrait pas faire problème : votre réponse de 1SA est-elle impérative? Jouez-vous Drury (Mais indiquez que vous jouez Drury inversé si c'est le cas. Votre Drury montre-t-il nécessairement un fit ? Jouez-vous une réponse qui peut aussi contenir 8-9 points ? Vos appuis simples sont-ils constructifs (8-9 points) ? Il est peu probable que vous ayez beaucoup à écrire dans "autre". Dans Play my card, de Bill Roney et Max Hardy, ouvrage qui contient la carte de plus de 100 experts reconnus d'Amérique du Nord, on trouve relativement peu de remarques à cette rubrique ­ sauf chez les fervents du Précision. On doit inscrire ici les traitements particuliers, comme le fait de considérer 1 - 3 et 1 - 3comme l'annonce d'une courte non spécifiée, découverte par relais, ou le fait qu'un saut dans une autre couleur en compétition garantit un fit. En fait, c'est ici que vous devriez inscrire si vous faites des essais de longue et des essais de courte. De même, pour faire plus propre, vous pouvez écrire ici "Mini-splinter" au lieu de torturer votre carte à la micro-écriture. De même encore, jouez-vous les réponses à saut Bergen ("Bergen Raises") ? Si oui, selon quelle variante ? (3 est-il limite avec quatre atouts ou 6-9 ? Et symétriquement pour 3).

 

5. OUVERTURE EN MINEURES

Peut-elle être courte ? Doit-on attendre au moins quatre cartes ? Trois cartes ? Ou alors y a-t-il une possibilité de deux cartes seulement ? ou même peut-être moins ? Encore une fois, et j'en ignore la motivation psychologique, certains joueurs alertent 1 en expliquant du même souffle, sans demande, que cela peut être court. Cette infraction devrait être corrigée. On explique l'alerte que sur demande. Encore faut-il que le joueur qui demande le fasse seulement avant de faire son enchère.

On vous pose aussi les mêmes questions que sur l'appui à saut à la majeure. Le saut dans l'autre mineure est-il impératif de manche ? Faible ? L'appui simple montre-t-il au moins 10 points (ce traitement s'appelle "les mineures inversées") ? Sur l'ouverture d'1, votre réponse à 1Maj. peut-elle inclure la possession de quatre carreaux ou plus ? (Voir Walsh). Votre réponse de 1SA à 1 montre-t-elle 6-9 points ou 8-10, voire 8-11 ? La réponse de 2SA est-elle impérative de manche ? Si elle invite seulement (10-11 ou 10-12), il faut l'alerter. La réponse de 3SA, de 16 à 18 en stardard, représente-t-elle autre chose que cela ? Enfin, on trouve aussi un "Autre" pour tout autre cas. Par exemple, la réponse conventionnelle de 1 sur 1 concerne surtout le "Montreal relay", convention qui nie la possession d'une majeure cinquième (par inférence : une réponse en majeures affirme la couleur cinquième). Bien sûr, pour les adeptes du Précision, la réponse à 1 est négative (0-7 points).

 

6. OUVERTURES AU NIVEAU DE 2

L'ouverture de 2 est ou bien forte, 22+ et artificielle, ou bien, pour les amateurs de l'ouverture à 1 fort, intermédiaire (et alors naturelle si elle exclut une majeure quatrième, ou alertable si elle peut l'inclure). Ce que vos adversaires veulent surtout savoir, c'est le système de réponse à votre 2 fort : contrôles, points d'honneur, les as, etc ? Quelle est la réponse faible ? 2? Et puis, que signifie une réponse de 2 si elle ne représente pas une main faible ? Une enchère d'attente ?

le 2 est plus diversifié (Flannery, Romex, Précision, faible). Il faut clairement indiquer si 2SA est impératif, ce qui n'est alertable que si les réponses exigées sont précises (par exemple, jouez-vous Ogust ? Ou, enfin, une réponse de 2SA appelle-t-elle une enchère dans un singleton ou une entrée ? Par exemple, une réponse de 2SA sur Flannery exige de préciser de façon très structurée la distribution de la main. Si vous jouez 2 comme barrage, ce n'est pas alertable.

 2Maj. : les deux faibles ne sont pas alertables. En revanche, il faut préciser ce que la réponse de 2SA demande : un singleton, une courte ? Si vous jouez une convention particulière, comme Ogust, il faut l'indiquer à Réponses conventionnelles et redemandes.

Sur les ouvertures à 2 montrant une main faible ou intermédiaire, une nouvelle couleur est-elle impérative pour un tour ? Ou même impérative de manche ? Et puis, est-elle artificielle, comme dans le cas du 2 Flannery ?

 

7. GADGETS UTILISÉS (Other conventional calls)

Plusieurs joueurs qui s'appliquent, la langue sortie, à remplir précisément le reste de leur carte, semblent considérer ce bas de carte comme un terrain vague sans importance. Or, quand on leur pose des questions sur leurs conventions, en s'enquérant s'ils les ont inscrites quelque part, force leur est de constater que plusieurs de leurs conventions et traitements ne figurent nulle part sur la carte, et qu'alors, c'est ici, justement, qu'il fallait les placer. En somme, vous inscrivez ici le nom de toutes les enchères alertables qui n'ont pas trouvé de place ailleurs. Par exemple, la deuxième mineure artificielle, les negative free bids (enchères négatives libres), Wolff, Truscott contre le fort, quatrième couleur impérative, check back Stayman, les sauts-changements faibles, etc.

 

Voilà qui termine la partie droite de la carte de convention. Passons maintenant à la partie gauche.

 

8. CONTRES SPÉCIAUX

Tant pour le contre négatif que pour le contre-écho (Responsive double), on vous demande d'indiquer l'écart où vous jouez ces conventions. Jusqu'à 2 ? 4? Ici aussi, on trouve un "autre" : c'est ici que vous inscrivez le contre de surenchère maximale (maximal overcall doubles), le contre de support et tous les contres "marginaux" que vous utilisez : Fisher, Lightner, compétitifs, etc. Votre surcontre a-t-il un sens conventionnel ?

 

9. SURENCHÈRES DIRECTES À SA

Votre surenchère à 1SA est de combien ? Votre saut à 2SA? A noter que le saut, qu'il soit pour les mineures ou les deux couleurs inférieures non annoncées, n'est pas alertable ­ certains s'entêtent à les alerter. Cependant, il faut alerter toute autre signification de la surenchère à SA et l'inscrire à autre. Par exemple, le sans atout comique, utilisé passablement en Europe (une surenchère à 1SA indique un barrage quelque part), ou encore, certains jouent que le saut à 2SA en réveil à 20-21 points. Jouez-vous le système activé (traitant la surenchère à 1SA de votre partenaire comme s'il avait ouvert 1SA) ? En réveil, votre 1SA est-il aussi fort ? Plusieurs jouent alors 12-14 ou en tout cas, un registre plus faible que l'ouverture normale du sans atout fort.

 

10 . SURENCHÈRE SIMPLE

Assez simple à remplir : une réponse à la surenchère dans une nouvelle couleur est-elle impérative (pour un tour) ou non impérative ? Montre-t-elle une main constructive (8-9 points) ? Le Cuebid est-il forcing pour un tour seulement ou à la manche ? S'il représente un appui limite et mieux, il est alertable. La réponse à saut est-elle impérative, invitationnelle ou faible ?

 

11. CONTRE L'OUVERTURE DE 1SA

Jouez-vous un système de défense ? (DONT, Cappelletti, Succion, etc.) Il faut alors montrer ce que chaque enchère au niveau de 2 signifie. Le contre serait pour la pénalité ?

 

12. SURENCHÈRE AVEC SAUT

Complète les renseignements à la surenchère simple : votre surenchère à saut est-elle forte (entendons : 16 points et plus) ? intermédiaire (main d'ouverture minimale) ? faible ?

 

13. VS LE CONTRE D'OUVERTURE ADVERSE

Une nouvelle couleur par le répondant est-elle impérative pour un tour ? Si oui, pour quel niveau ? Un, deux ? Un saut-changement est-il fort ? invitationnel ? Faible ? Le surcontre exclut-il le fit ? Conséquemment, une réponse de 2SA est-elle un limite, un limite et plus, ou faible ? Le même système s'applique-t-il sur l'ouverture en mineure de votre partenaire aussi bien que sur son ouverture en majeure ? Jouez-vous un autre convention ? Vous n'avez pas à marquer ici "Jordan" ou "Dormer". Les précisions que vous venez d'apporter rendent redondante cette précision.

 

14. BARRAGES D'OUVERTURE

Il s'agit ici des barrages au niveau de 3 ou de 4. Premier problème, que faites-vous si votre barrage peut être ou bien ferme ou bien faible ? Eh bien, vous cochez les deux cases. C'est dans autre que vous préciserez si vous utilisez Namyats, ou si vous employez des enchères de demande en réponse à l'ouverture de barrage.

 

15. CUEBID DIRECT

Essentiellement, le cuebid est utilisé soit pour identifier une main forte, ou, cas fortement majoritaire, pour montrer un bicolore. Voyez Michaels ou Michaels modifié, au chapitre des conventions défensives. Il arrive aussi que certaines paires jouent le cuebid comme naturel, en particulier sur une mineure. Ou encore, le cuebid montre l'équivalent d'un contre fort. Au bout de la ligne, "enc.art." signifie "enchère artificielle". Par exemple, si, sur 1, 2 montre et avec 6-7 perdantes, c'est une enchère alertable.

 

16. CONTRE D'UN BARRAGE ADVERSE (vs opp's preempts dbl is)

Les questions posées ici sont claires : quand vous contrez un barrage adverse, au niveau de 2, ou au niveau de 3, ce contre est-il un contre d'appel, un contre optionnel ou un contre de pénalité (lequel seul est alertable). C'est dans Appel conventionnel que vous indiquez si vous jouez Fishbein ou Weiss, ou une autre convention. On vous demande aussi si vous jouez Lebensohl dans cette conjoncture. Ces appels conventionnels sont évidemment alertables.

 

17. Conventions de Chelems

S'écrit aussi schelem. Quelles sont vos conventions pour demander les as ? Cochez Gerber si vous utilisez cette convention, mais prenez soin de signaler que c'est sur SA seulement si c'est effectivement le cas. Certaines paires inscrivent sur leurs cartes : "ONTO" : On NoTrump Only, sur SA seulement. Plus loin sur la ligne, on vous demande quelle variété de Blackwood vous utilisez : à la vanille, ou assorti de RKCB (Roman KeyCard Blackwood). Si oui, avez-vous opté pour la variété 1430 (5 signifie 1 ou 4 cartes-clés, 5 en montre 0 ou 3) ? Etes-vous muni d'un système contre les interventions sur votre demande d'as ? Vous décrivez à la ligne suivante si vous favorisez l'emploi de ROPI, DOPI,DEPO ou autre truc du genre. À quel niveau jouez-vous ROPI ?

 

18. JEU DE LA CARTE EN DÉFENSIVE

Réglons d'abord le cas du point rouge : Sur ce petit rond, vous collez cérémonieusement un petit rond rouge dont on conserve des provisions dans les clubs, ou à tous le moins dans les tournois sectionnels ou régionaux. Il signale aux adversaires que vous utilisez des signaux spéciaux, i.e., qui ne sont pas conformes à ce qui apparaît dans ce grand rectangle. Ce qui y est reconnu comme régulier, conforme à l'usage prétendument courant, ce sont les entames en caractère gras. A défaut de collant rouge, vous barbouillez le cercle "Point Rouge" au crayon, comme signe de votre émouvante bonne volonté. Il vous faut de surcroît entourer le numéro de la carte que vous entameriez si celle-ci n'est pas en caractère gras. Par exemple, vous entourez le 9 de A1098, dans la deuxième série, celle des entames contre SA, si vous entamez les 9 et 10 codés dans ce cas. Ou encore, vous entourez l'as de "ARx" si vous entamez A de ARx dans un contrat en couleur.

On vous demande le rang de la couleur entamée. Si vous entamez cinquième meilleure contre un contrat en couleur mais quatrième meilleure contre sans atout, n'oubliez pas de l'inscrire. Plusieurs l'oublient ils ne tiennent pas compte qu'il y a ici deux colonnes, l'une concernant les contrats en couleur, l'autre pour sans atout. "L'attitude contre SA" entend vérifier s'il y a corrélation entre la faiblesse de votre entame et l'intérêt pour cette couleur.

 

19. ENTAMES (Leads)

Qu'entamez-vous contre un contrat en couleur ? Contre sans atout ? Entamez-vous la quatrième meilleure ? Troisième-cinquième ? De trois petites cartes ? Entamez-vous As de As-Roi ? Et ainsi de suite.

 

20. PREMIÈRE CARTE SUR L'ENTAME DU PARTENAIRE

Jouez-vous l'attitude, le compte, la préférence pour une autre couleur ? Smith Echo fait-il partie de votre arsenal ?

Votre signalisation en défense : le texte anglais porte "Defensive carding". Nonobstant ce qui a été connsidéré jusqu'ici, votre système de signalisation est-il standard ? Y a-t-il des exceptions dans l'affirmative ? Utilisez-vous les signaux inversés - de compte, d'attitude ? Votre première défausse est-elle Lavinthal ? paire-impaire (romaine) ? Vous prenez soin, chaque fois, de spécifier la réponse à la fois contre un contrat en couleur et contre sans atout. Employez-vous d'autres conventions défensives ? - Smith écho, une suite significative de défausses de l'atout, l'écho Foster ?... Enfin, y a-t-il autre chose ? Vous cochez la case appropriée.

 

21. LE VERSO DE LA CARTE DE CONVENTION

Il sert à inscrire les contrats, avec précision de planchettes et d'adversaire, ainsi que de donneur et de vulnérabilité. Les colonnes subséquentes consignent le résultat, les prévisions, ou toutes remarques télégraphiques que vous aimeriez consigner. Au duplicata, il n'est pas nécessaire d'utiliser ce tableau puisque les résultats sont inscrits sur la feuille de route qui accompagne la planchette ­ cela est conseillé cependant. Cela devient nécessaire en équipe de 4, puisque c'est la seule manière de codifier les résultats. En équipe de quatre, plusieurs se servent ­ et pourquoi pas ? ­ des deux dernières colonnes, "Prévisions" et "Notes", pour consigner les résultats lorsque les deux paires mettent en commun leurs scores : on utilise alors généralement la colonne "Prévisions" pour les IMPs gagnés, et la colonne "Notes" pour les IMPs perdus.

 

22. LES PSYCHIQUES

L'ancienne carte de convention, qui eut cours jusque vers 1995, portait un item disparu dans la nouvelle carte : le psychique. Cette notion désigne une enchère déformant sciemment la main. Par exemple, l'ouverture d'1 avec xx 932 D1065 8765. Certains clubs ne les autorisent pas d'autres en limitent l'exercice à un par partie. Certains clubs, plus rares, ne posent aucune restriction à leur usage. Certaines paires jouaient même des psychiques systémiques. Par exemple, 1 en troisième position non vulnérable était systémiquement un psychique.

En terminant cette section, je crois utile de rappeler certaines règles de conduite, à la fois pour s'y conformer, et pour savoir comment se défendre lorsque les adversaires les violent. Je place ici cet aspect parce que les violations sont souvent en relation avec la carte de convention. Commençons par rappeler les infractions signalées au fil des paragraphes précédents.

 

QUELQUES RÈGLES DE CONDUITE

1. Un défenseur n'a pas le droit de toucher aux cartes du mort. "C'est juste pour les arranger, je les vois mal". Riposte souvent sincère. N'empêche que l'inconscient s'exprime aussi... Sans compter que cette pratique déconcentre le déclarant. La meilleure réaction si on vous fait le coup : dites poliment que cela n'est pas permis, on n'a qu'à signaler au mort de placer les cartes de manière plus visible, il se fera un plaisir de satisfaire à une si légitime requête.

2. Explication avec l'alerte : Quand on alerte, personne ne nous a demandé d'expliquer le pourquoi de l'alerte. Cette explication injustifiée éveillera peut-être le partenaire à la perception d'une mésentente sur le contenu de l'alerte! En somme, l'explication risque de véhiculer une information indue.

3. Interruption de la demande de revue des enchères : lorsque vous demandez une revue des enchères ­ encore faut-il le faire à son tour de parler, et avant de procéder à l'enchère, attendez patiemment la fin de la revue, car autrement, votre interruption révélera normalement quelque chose à votre partenaire. Par exemple : "les enchères ont été : 1 - P - 2" - "AH! OK!!" Il y a de fortes chances pour que le soit une couleur importante pour vous - message illicite pour votre vis-à-vis.

4. "Parle parle, jase jase" : ce défaut est fréquent et désagréable, les directeurs devraient le réprimer davantage. Vos adversaires, et souvent avec une certaine dose de malice, jacassent à qui mieux mieux, soit dans un post mortem de leur dernière main (ils ne vous ont même pas salués), soit en s'insultant (quelquefois à sens unique), soit en commentant votre jeu (dans 98% des cas, vous êtes une tarte!), soit simplement en parlottant de tout et de rien. Vous vous déconcentrez, vous ratez un 4 que vous auriez normalement réussi...Les adversaires quittent avec un sourire à peine dissimulé (leur corps en tout cas sourit!). Ils ont réussi ! J'ai même entendu récemment de la part d'une paire assez bonne et chevronnée :"Il faut se servir de tout si on veut gagner!"... Et l'ACBL se demande pourquoi les tournois ne sont pas plus fréquentés! N'exagérons rien, la grande majorité des joueurs se conduisent de façon tout à fait respectable je veux simplement souligner que dans les cas d'infraction du type décrit ici, les directeurs sont assez mous.

5. "Motus" : le pendant du précédent. Certains ne parlent pas assez. Votre adversaire de gauche alerte. Avant de faire votre enchère, vous l'interrogez sur son alerte "Wolff". Mais quelle variante ? (ou encore, vous n'êtes pas du tout sûr de savoir ce qu'est Wolff). L'adversaire vous regarde avec une face de tracteur, et répète telle quelle sa réponse, sur un ton définitif et intimidant.

6. Les menaces : récemment, une amie, désirant s'enquérir davantage de la portée de l'enchère faite à sa droite, veut consulter la carte de convention adversaire... qu'elle ne trouve pas. "Avez-vous une carte?". Non, ils n'ont pas de carte, et elle a besoin de se tenir tranquille et de ne pas appeler le directeur sans cela, ça ira mal!... Ce réflexe pégrillon devrait être châtié comme il le mérite.

7. Les remarques désagréables : cet item recoupe partiellement certains items précédents. Vous faites un barrage à 3, NV contre VUL, avec xx xx RDVxxx RVx. Votre adversaire de gauche se propulse à 3SA et chute parce qu'il a mis les chez votre partenaire. Réaction intempestive de sa part :"C'a-tu de l'allure de faire un barrage avec un roi à côté!!". Or, c'est tout à fait accepté. La remarque est tellement vulgaire et insignifiante que vous ne vous abaissez pas à répondre. N'empêche que votre plaisir de jouer ce soir-là en prend un coup dans les dents. Il faudrait joindre à ce chapitre la rouspétance après une décision mal venue du directeur. "On sait bien, ils connaissent bien la loi et ils gagnent comme ça!", ou "As-tu déjà vu un directeur incompétent comme ça! J'ai mon voyage!".

8. La lenteur : Il faut prendre son temps pour penser comme du monde. Mais il n'y a rien dans le testament du Père Adam qui insiste pour que nous emmerdions les trois joueurs autour de nous, et indirectement toute la salle, en ralentissant le mouvement indûment. Le but visé est-il d'attirer l'attention ou déconcentrer l'adversaire, ou simplement d'emmerder ? Ou, plus souvent, espérons, est-ce par fatigue ou à cause de problèmes qui mobilisent le joueur excessivement ? La lenteur excessive constitue une source de désagrément.

 

COMMENT SE PROTÉGER

C'est simple. La réponse tient dans un mot, qu'on n'emploie généralement pas assez. Un mot tout à fait légal, souvent nécessaire. Un mot qui résume la loi. Parce qu'elle nomme la personne chargée de l'interpréter et de l'appliquer : DIRECTEUR. Prenez garde de discuter un point chaud, les esprits sont en ébullition, vous risquez fort de faire plus de tort que de bien. Dites le mot magique : "Directeur". En appelant le directeur, vous vous dégagez d'une toile d'araignée émotive, vous donnez un cadre plus serein à la fois que plus officiel à une situation dont les bords risquaient de toucher à la rudesse verbale. Il y a cependant des manières d'appeler le directeur. Si vous hurlez subitement à travers la salle : "D I R E C T E U R !", il se peut fort que votre attitude provoque plus de colère que d'apaisement. La façon la plus appropriée m'apparaît de prévenir les adversaires de votre intention ­ par exemple : "C'est rien de personnel, mais je vais appeler le directeur là-dessus", et ensuite, d'appeler d'une voix suffisamment forte pour attirer l'attention du directeur, mais assez sereine et neutre. De même, dans les explications fournies au directeur, il convient d'être le plus objectif possible, sans allusion personnelle (j'ai déjà entendu : "Là, mon adversaire de gauche ne comprenait pas encore son erreur, alors"...). Notons que c'est le joueur qui a appelé le directeur qui explique au directeur le problème. Tous auront droit de parole, mais après. Prendre garde aussi, mais c'est plus rare, d'appeler le directeur pour une raison inopportune : vous venez de vous faire fixer ­ disons que vos adversaires ont atteint, par incompétence, un contrat ridicule...qui s'adonne à leur donner un top, vous êtes furieux, "DIRECTEUR !"...Pourquoi ? Vous n'avez pas distingué entre l'erreur légale et l'erreur humaine. Vous vous êtes fait posséder, parce que vos adversaires ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Prenez votre biscuit et passez à l'autre planchette. De même, il est parfaitement incorrect de déblatérer au sujet de la décision d'un directeur. Si vous croyez cette décision erronée, demandez au directeur un comité sur la question.

 

Retour au plan
Retour au système d'enchère
Suite à Robre Duplicata IMP